AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 
give me the crown (regina)
Aller en bas 

— spoilt and rotten —
avatar
Regina Anderssen
— spoilt and rotten —
infos
more

— Messages : 659
— pseudo : ΛSH COVEN (MIA)
— avatar + © : PHOEBE TONKIN (@ULTRAVIOLENCES), ICE AND FIRE & BLACKTHORN&GREYWAREN (crackship), MACARON (img)

— âge : ( vingt-neuf ) années où on lui a bourré le crâne avec des idées malsaines. vingt-neuf années où elle n'a jamais été réellement elle-même. véritable pantin de son cher paternel, il l'a forgé à son image et il a complètement effacé la gamine innocente et naïve qu'elle était.
— statut civil : ( mariée ) à gendry anderssen. devenant indirectement princesse, regina s'avance sur l'échiquier géant en plaçant ses pions de manière stratégique. Le mariage a eu lieu lorsqu'ils avaient tous les deux vingt-trois ans, mais le plan qui visait à épouser ce jeune prince remonte a bien plus longtemps. déjà lors de leur scolarité, regina s'était amusée à séduire gendry sous les ordres de son paternel et le petit prince n'avait eu aucun mal à succomber aux charmes de celle qui voulait voir disparaitre les anderssen.
— allégeance : ( cercle des onyx ) héritière virmund, elle est devenue le bras droit de son paternel au sein du cercle. regina est bien plus qu'une simple confectionneuse de bijoux, elle est une talentueuse alchimiste qui occupait le poste de adjoint des alchimistes avant de devenir bras-droit.
— métier : ( ex tailleuse de pierre ) l'héritière marche sur les traces de ses ancêtres en devenant à son tour tailleuse de pierre et possédant sa propre boutique à aydindril dans la silver alley. boutique qui semble être un endroit normal où on vend des bijoux, mais qui est beaucoup plus que cela en realité. les trois gemmes, sa boutique de bijoux luxueux, possède une arrière boutique où elle exerce ses talents d'alchimistes hors-pairs en confectionnant des bombes. commerce illégal auquel elle se prête pour satisfaire ses fidèles clients désirant la mort de leurs ennemis.
— tell me your story :
( SOUL MATE )
i don't accepted my love.


☽✵☾

( HER HUSBAND, HER TROUBLEMAKER )
your full loyalty.



— points : 2013

GET TO KNOW ME MORE
TIMELINE:
INVENTAIRE:
RELATIONS:
— 02.09.18 1:13 —


— regina virmund
aces which beats the king.
PRENOM, NOM - (REGINA) prénom signifiant reine, ne faisait qu'accroître le délire de son patriarche quant au devenir de sa famille et par conséquent, celui de sa propre fille. Il veut la voir devenir reine après qu'il soit devenu roi, il veut qu'elle soit son héritière, petite princesse a qui il ne peut rien refuser. Prénom qui lui va tout aussi bien car la princesse a des airs semblables à ceux d'une véritable reine, même si dès que les mots arrogants et teigneux dû à son fort caractère franchissent ses lippes, elle n'a plus l'air que d'une simple petite poupée arrogante et trop exigeante. (VIRMUND) nom autrefois attribué à des bronzes, ces derniers ont su s'élever dans la société pour obtenir un titre de noblesse. Titre qui n'a pas suffit aux yeux de son patriarche qui lui, voyait trop grand. Il voulait tout, Thomas. Il voulait le pouvoir et la couronne. Véritable obsession qu'il a finit par transmettre à ses enfants en leurs mettant dans la tête que la couronne serait un jour sur la tête de sa fille ainée et que les Virmund aurait enfin le statut royal qu'ils méritent. AGE - (VINGT-NEUF) années où on lui a bourré le crâne avec des idées malsaines. Vingt-neuf années où elle n'a jamais été réellement elle-même. Véritable pantin de son cher paternel, il l'a forgé à son image et il a complètement effacé la gamine innocente et naïve qu'elle était. DATE ET LIEUX DE NAISSANCE - (24 DECEMBRE, MANOIR VIRMUND) Il y a vingt-neuf ans de cela, la princesse a poussé son premier cri dans le manoir Virmund, à la cour d'automne, un vingt quatre décembre. Jour représentant une fête importante dans l'ancien temps, elle aime se dire qu'elle est vraisemblablement née le jour de Noël, même si beaucoup ne connaissent pas cette tradition.STATUT - (MARIÉE) Les marieuses ont décidé de la marier avec un Anderssen, fils de la troisième branche de la famille royale. Devenant indirectement princesse, Regina s'avance sur l'échiquier géant en plaçant ses pions de manière stratégique. Le mariage a eu lieu lorsqu'ils avaient tous les deux vingt-trois ans, mais le plan qui visait à épouser ce jeune prince remonte a bien plus longtemps. Déjà lors de leur scolarité, Regina s'était amusée à séduire Gendry sous les ordres de son paternel et le petit prince n'avait eu aucun mal à succomber aux charmes de celle qui voulait voir disparaitre les Anderssen. METIER - (TAILLEUSE DE PIERRE) Ancienne lignée de mineurs, les Virmund sont devenus des tailleurs de pierre extraordinaire. L'héritière marche sur les traces de ses ancêtres en devenant à son tour tailleuse de pierre et possédant sa propre boutique à la cour d'automne/ice court. Boutique qui semble être un endroit normal où on vend des bijoux, mais qui est beaucoup plus que cela en realité. Les trois gemmes, son ancienne boutique de bijoux luxueux, possède une arrière boutique où elle exerçait ses talents d'alchimistes hors-pairs en confectionnant des bombes et des engins explosifs en tout genre. Commerce illégal auquel elle se prête pour satisfaire ses fidèles clients désirant la mort de leurs ennemis. ALLEGEANCE - (LE CERCLE DES ONYX) Héritière Virmund, elle est devenue le bras droit de son paternel au sein du cercle. Regina est bien plus qu'une simple confectionneuse de bijoux, elle est une talentueuse alchimiste qui occupait le poste de adjoint des alchimistes avant de devenir bras-droit. Les mélanges de potions et les réactions chimiques, elle adore ça. Confectionner des bombes et étudier les poisons concocté par des Alkemi est plus qu'un simple devoir, c'est une véritable passion. Passion qui touche les Alkemi, qui eux ont la capacité de transformer tout ce qu'ils touchent en poisons ou explosifs. LIEU DE LOCALISATION - (ICE COURT) La princesse qui n'en est pas une vagabonde entre la cour d'automne, le palais de la cour de glace et le quartier général du Cercle. CREDITS ET AVATARS - phoebe tonkin, crédits babine (av1), amor fati (av2), kleopatrar (icons).
CARACTERE - (QUALITÉS) adroite, appliquée, astucieuse, audacieuse, calme, charismatique, combative, concentrée, courageuse, courtoise, déterminée, disciplinée, efficace, éloquente, engagée, ferme, fidèle, forte prestance, franche, intelligente, loyale, méthodique, persuasive, réfléchie, résistante, respectueuse, rusée, tenace, sensible, ultraprotectrice. (DÉFAUTS) ambitieuse, autoritaire, avare, bornée, blessante, calculatrice, capricieuse, cassante, égocentrique, effrontée, égoïste, inaccessible, influençable, intransigeante, jalouse, maniaque, manipulatrice, méfiante, négative, obstinée, opportuniste, odieuse, orgueilleuse, pessimiste, râleuse, renfermée, superficielle.
— WHO ARE YOU REALLY? —
QUESTION 1 - QUELLE EST L'OPINION DE VOTRE PERSONNAGE SUR LA COURONNE ET LA NOUVELLE REINE ? Élevée pour devenir la future reine, Regina ne souhaite qu'une chose : voir la tête de sa Majesté la reine Ingrid au bout d'une pique. Bourrage de crâne que son paternel s'est employé à parfaire depuis l'enfance, elle ne pense qu'à obtenir la couronne et à faire des Virmund la nouvelle famille royale. Illusions inculquées par son cher père, elle est prête à tout pour arriver à ses fins, et malgré sa folie obsessionnelle, elle n'en est pas moins prudente. Jamais, elle ne risquerait la vie des siens pour obtenir la couronne. Les Virmund passent avant tout le reste, même avant cette fichue couronne qui obsède tant la princesse et son paternel.

QUESTION 2 - COMMENT SE POSITIONNE VOTRE PERSONNAGE PAR RAPPORT AUX GRISHA AINSI QUE LA RÉACTIVATION DES DRUSKELLES ? éLa Virmund n'a pas peur de ces monstres dont tout le monde parle. Au contraire, elle est loin de les voir comme tels et elle est même éprise de l'un des leurs. Conrad, son demi-frère et enfant batard de Thomas Virmud et de Isis Al-Mîsri, est lui aussi un Grisha et son âme soeur. Amour inavouable, non pas car il est un Grisha, mais car il est son demi-frère. Grâce à lui, elle a pu voir que ces créatures ne sont pas les montres que tout le monde croit, elle a pu découvrir les pouvoirs extraordinaires qu'ils possèdent et la magie dont ils sont capables. Ensorcellée, la princesse admire leurs pouvoirs et plus particulièrement ceux des Alkemi.

QUESTION 3 - QUE PENSE VOTRE PERSONNAGE DES SCYTHES ET DU DANGER QU'ILS COMMENCENT A REPRESENTER ? Elle les voit d’un très mauvais œil. Ils sont là pour soi disant réguler la population, ils sont censés être des êtres purs et non corrompus, mais la corruption est partout dans ce bas monde. La princesse n’est pas idiote, elle est persuadée que certains Scythes réussiront à s’émanciper et à glaner à tout va leurs ennemis. Gamine, elle les considérait comme des dieux, mais les choses ont bel et bien évolué. Son frère, Ervin, est maintenant devenu sa Majesté Sythe Chopin comme il aime se faire appeler, ce qui ne fait que ternir son avis sur la question. Néanmoins, elle reste craintive face à cette organisation qui devient de plus en plus puissante qu'elle ne connait que très peu et qu'elle craint.
ALWAYS AND FOREVER - Les Virmund sont sa priorité absolue. Dès son plus jeune âge, son père lui a appris les valeurs familiales en lui inculquant que la famille passait avant tout le reste. Cependant, ses valeurs se sont ternies par le désir d’obtenir la couronne et en devenant de plus en plus avare, son paternel a entrainé la chute de ses valeurs avec les siennes. Bourrage de crane qui l’a amené à suivre son père les yeux fermées, la princesse fait taire ses valeurs familiales le temps de récupérer ce qui, selon elle, lui revient de droit à elle et à sa famille. Encore une idée absurde que son père lui a mis dans la tête.  DEAR PARENTS - Fille son père, Regina a toujours eux sa préférence. Joyau, prunelle de ses yeux, la gamine n’a jamais subi aucune violence de la part de son père, car elle lui a toujours obéit au doigt et à l’œil. Princesse modèle à ses yeux, elle lui voue une loyauté sans faille et lui fait confiance les yeux fermés alors que ce dernier se sert de leur lien si fort et particulier pour parfois la mener en bateau et obtenir ce qu’il souhaite à tout prix, la couronne. Elle avait déjà toute l’affection de son paternel, la princesse, alors elle n’a jamais cherché à obtenir celle de sa mère. Les deux femmes Virmund n’ont jamais été très proches, séparée par un fossé imaginaire creusée par Regina elle-même, mais ce fossé n’a fait que s’agrandir lorsque la gamine s’est rendue compte que ses frères et sœurs préféraient se nicher dans les bras de leur mère plutôt que dans les siens. Une certaine rivalité s’est installée, essayant l’une comme l’autre d’être la meilleure auprès des plus jeunes. Malheureusement, Regina menait un combat perdu d’avance. SOUL MATE  - Au fils des années, le lien que les deux amants maudits entretiennent n’a fait que se complexifier. Autrefois proches de façon platonique, ce n’est qu’à l’adolescence que ces derniers se sont rapprochés. Sentiments complexes, attirances inexplicables qu’ils n’ont su s’expliquer, ils ont tous les deux réagis de façon plus ou moins violentes. Conrad lui, s’est enfermée dans sa bulle, repoussant Regina du mieux qu’il pouvait, tandis que Regina a choisi d’ignorer ses sentiments étranges, les jugeant monstrueux et immorales. Voués à suivre le même chemin, les deux âmes entremêlées sont des piliers du Cercle et sont amenées à se voir régulièrement. Dix ans de relation incongrue, dix ans qu’ils se tournent autour dans jamais franchir cette limite imposée par Regina. Dix ans que la princesse n’arrive pas à laisser libre court à ses sentiments pourtant si évident. Elle le repousse, tout en le laissant faire. La relation est des plus complexe, mais d’une simplicité évidente. Conrad se plie aux désirs de la princesse, s’efforçant de ne pas exprimer sa jalousie sans non quant au fait que son mari ait le droit de la toucher alors que lui il doit maitriser chacun de ses gestes. LITTLE BROTHER - Ouvertement jalouse de l’affection que portait Ervin à leur mère, la princesse a tout fait pour essayer de gagner son affection. Elle a résisté longtemps, elle s’est battue du mieux qu’elle pouvait dans ce combat perdu d’avance et la princesse téméraire et ambitieuse a fini par baisser les bras. Gagnée par l’affreuse vérité, elle s’est fait une raison en voyant le lien si fort qu’il entretenait avec leur mère. Malgré cela, elle n’a cessé de veiller sur lui à distance, gardant un œil sur lui malgré les maintes fois où il la repoussait avec des mots déchirants son palpitant, ne lui rendant pas son affection. Le fait qu’il soit contre les idées de Thomas n’a rien arrangé, creusant un peu plus ce deuxième fossé. LITTLE SISTER - Ellyn, douce Ellyn dont elle était si proche. Conrad, Ellyn et Regina étaient très proches, avant ce fameux soir dans les sous terrains où la princesse a découvert les pouvoirs de son frère ainé. Elle aurait pu le dire à toute la fratrie, mais ce lien si étrange qui la liait à  Conrad l’a poussé à garder le secret et à mentir à sa chère cadette. Petit à petit, elle s’est éloignée d’Ellyn, qui elle, l’avait pris pour modèle depuis son plus jeune âge. Relation si parfaite qui s’est vu détruite en une fraction de seconde, à cause d’un terrible secret. Les disputes qui n’avaient presque jamais lieu entre elles se sont fait de plus en plus fréquentes, éloignant un peu plus les deux gamines et renforçant le lien entre les deux ainés de la fratrie. Jalouse de leur relation si particulière, Ellyn ne se gênait pas pour faire savoir à sa sœur ce qu’elle pensait, même si encore aujourd’hui, elle est bien loin de la vérité. Cependant, le lien s’est véritablement rompu lorsque la plus jeune des deux sœurs s’est détachée du Cercle auquel elle avait soi disant prêter allégeance. En réalité, la gamine est devenue une espionne. Personne n’est au courant, si ce n’est Thomas. Ne le sachant pas, la princesse reste froide avec sa cadette, ne lui adressant pas le moindre regard. LUCKY CHARM - Elle n’est pas du genre à croire aux portes bonheur, Regina, mais deux objets ne la quitte jamais : un médaillon d’argent et ses boucles d’oreilles faites d’onyx. Le médaillon d’argent représente une rose, en symbole de la loyauté qu’elle porte à sa famille, mais également en signe d’appartenance à cette dernière, malgré le fait qu’elle ne porte plus ce nom. Les boucles d’oreilles rondes en pierre d’onyx sont celles qui lui ont été offertes lors de sa cérémonie d’allégeance, dans la salle du Sceau. Ses deux pierres d’un noir époustouflant représentent son allégeance au Cercle, mais aussi sa loyauté sans faille à son paternel. Jamais, elle ne les quitte et personne ne pourra le lui enlever. SWEETY YAKUL - . A l’âge de treize ans, la princesse a reçu son propre yakul de la part de Thomas. Cadeau inestimable, il ne se passait pas une journée sans qu’elle ne monte sur son dos avant que ce Anderssen lui passe la bague au doigt. Néanmoins, elle a emmené son yakul au palais de la capital afin de pouvoir continuer ses promenades et surtout, pouvoir s’échapper du palais quelques heures durant pour se rendre au quartier général du Cercle. Balades qu’elle ne saurait réellement expliquer à Gendry, qui lui, se met à poser de plus en plus de question. Au début, les réponses venaient d’elles-mêmes et chaque fois qu’elle ouvrait la bouche, un mensonge en sortait. Cependant, plus les années passaient, plus les mensonges devenaient grossiers et le prince n’est pas sans soupçonner sa princesse de se livrer à des activités pour le moins étranges. CURSED WEDDING - Ô doucereux jour où les marieuses ont décidé de l’unir à ce prince de la troisième branche de la famille royale en lui permettant de mettre un pied dans le palais tel un cheval de Troie. La gamine atteignait enfin son but, ravie que toutes les années où elle s’était amusée à séduire le jeune homme sous les ordres de son paternel n’avait pas été vaines. Elle avait fini par devenir sa fiancée, puis par l'épouser, s’avançant tel un pion sur l’échiquier géant que la famille royale ne soupçonnait guère. Des années de comédie qui lui serve à surveiller la famille royale, mais également à renseigner le Cercle sur les activités auxquelles se livrent la couronne. De son côté, Gendry ne s'est jamais doutée de rien et a toujours veillé à être le mari parfait pour celle qui considère comme la femme de sa vie. Amoureux transit, il est complètement aveuglé par l'amour qu'il lui porte. Néanmoins, la fabuleuse comédienne s'est faite prendre à son propre jeu en se surprenant à ressentir des choses pour lui. Au fils des années, surtout pendant leur première année de vie commune, elle a réellement appris à le connaitre et s'est aperçu que tout ce qu'elle pensait savoir sur lui était entièrement faux. Il n'était pas l'homme avare qu'elle pensait qu'il était, non, il était sincère, droit et honnête. Un homme dont elle aurait pu tomber amoureuse, si elle n'avait jamais rencontré Conrad. Les sept longues années de vie commune (dont six années de mariage) n'ont fait que les rapprocher et la princesse est perdue. Elle sait qu'elle l'aime ou du mois qu'il compte énormément, mais elle ne pourra jamais lui rendre la pareille. Gendry l'aime d'une façon totalement différente, il l'aime à en crever. Romance vouée à l’échec et entretenue par deux ennemis insoupçonnés, elle cherche également à faire taire ses sentiments, car ils ne sont rien à côté de ceux qu’elle ressent pour son frère et rien comparés au Cercle. Une nouvelle fois, une relation interdite s’offre à elle.
— WHAT ABOUT THE REAL you? —
PSEUDO - ΛSH COVEN (mia) AGE - 21 yo. PAYS - france. COMMENT AS-TU DECOUVERT LE FORUM? - grâce à queen manon. AVIS SUR LE FORUM - très très moche. LE GIF QUI REPRESENTE LE MIEUX TON PERSONNAGE -
Spoiler:
 
AND NOW I RISE - 2018



Dernière édition par Regina Anderssen le 25.10.18 17:29, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

— spoilt and rotten —
avatar
Regina Anderssen
— spoilt and rotten —
infos
more

— Messages : 659
— pseudo : ΛSH COVEN (MIA)
— avatar + © : PHOEBE TONKIN (@ULTRAVIOLENCES), ICE AND FIRE & BLACKTHORN&GREYWAREN (crackship), MACARON (img)

— âge : ( vingt-neuf ) années où on lui a bourré le crâne avec des idées malsaines. vingt-neuf années où elle n'a jamais été réellement elle-même. véritable pantin de son cher paternel, il l'a forgé à son image et il a complètement effacé la gamine innocente et naïve qu'elle était.
— statut civil : ( mariée ) à gendry anderssen. devenant indirectement princesse, regina s'avance sur l'échiquier géant en plaçant ses pions de manière stratégique. Le mariage a eu lieu lorsqu'ils avaient tous les deux vingt-trois ans, mais le plan qui visait à épouser ce jeune prince remonte a bien plus longtemps. déjà lors de leur scolarité, regina s'était amusée à séduire gendry sous les ordres de son paternel et le petit prince n'avait eu aucun mal à succomber aux charmes de celle qui voulait voir disparaitre les anderssen.
— allégeance : ( cercle des onyx ) héritière virmund, elle est devenue le bras droit de son paternel au sein du cercle. regina est bien plus qu'une simple confectionneuse de bijoux, elle est une talentueuse alchimiste qui occupait le poste de adjoint des alchimistes avant de devenir bras-droit.
— métier : ( ex tailleuse de pierre ) l'héritière marche sur les traces de ses ancêtres en devenant à son tour tailleuse de pierre et possédant sa propre boutique à aydindril dans la silver alley. boutique qui semble être un endroit normal où on vend des bijoux, mais qui est beaucoup plus que cela en realité. les trois gemmes, sa boutique de bijoux luxueux, possède une arrière boutique où elle exerce ses talents d'alchimistes hors-pairs en confectionnant des bombes. commerce illégal auquel elle se prête pour satisfaire ses fidèles clients désirant la mort de leurs ennemis.
— tell me your story :
( SOUL MATE )
i don't accepted my love.


☽✵☾

( HER HUSBAND, HER TROUBLEMAKER )
your full loyalty.



— points : 2013

GET TO KNOW ME MORE
TIMELINE:
INVENTAIRE:
RELATIONS:
— 02.09.18 1:13 —


— royal draconian rise —
aces which beats the king.
CHAPITRE 1 - SOUS TERRAINS, MONTAGNES DE H'RINDY (9 YO)
Leurs pas claquent contre le sol dur et froid des sous terrains des montagnes et leurs rires enfantins résonnent contre les parois rocheuses qui les entourent. Ils s’amusent, les gamins. Ils s’enfoncent dans le sous terrains conduisant jusqu’à ce qui sera plus tard le quartier général du Cercle. Territoire encore inconnu, ils explorent l’un comme l’autre ce passage qu’ils pensent être un passage secret que leur paternel a découvert depuis longtemps. Une bougie à la main en guise d’éclairage, Conrad se tient au côté de sa demi-sœur et inspecte chaque détail qui lui semble suspect. Regina avance de sa démarche princière si singulière, la tête haute. Néanmoins, les quelques rides qui apparaissent sur le coin du frond de la gamine laisse transparaitre une certaine anxiété. Elle ne sait pas où elle va, elle s’inquiète. « Ne t’inquiètes pas, il ne nous arrivera rien. » Chuchote le gamin sur un ton moins certain qu’il ne l’aurait voulu. Son but primaire était de rassurer sa sœur, mais cette dernière prenait cette remarque comme une insulte. Non, elle n’avait pas peur. Du moins, elle ne voulait qu’il sache qu’elle avait peur. Elle voulait paraître plus forte. Elle voulait être plus forte. Ses ambres vertes se posent sur son visage enfantin, ombrées par ses sourcils froncés. « Je n’ai pas peur, Conrad. Je me demande juste ce que l’on va trouver au bout de ce tunnel. » Jamais, elle ne lui dira qu’elle a peur. Rien que par fierté, pour ne pas entacher son égo. L’héritière avait toujours voulu le surpasser, elle avait toujours voulu être meilleure que lui, mais elle échouait à chaque fois car ils se retrouvaient à égalité la plupart du temps. Conrad ne réagit pas, habitué à une telle réaction. Il se contente de lever les yeux au ciel et de focaliser à nouveau son attention sur le chemin qu’il emprunte. Tandis qu’il prend de l’avance sur elle, la princesse en profite pour l’observer discrètement, septique face à son désir de la rassurer. Habituellement distant, toujours en train de se disputer, il n’avait jamais montré un signe d’affection aussi prononcé envers elle. Lorsqu’il tourne la tête dans sa direction pour s’assurer qu’elle est toujours derrière lui, elle détourne le regard et fait mine d’inspecter la roche qui semble soudainement très intéressante. « Regarde ! La sortie est juste là. » Il pointe du doigt la petite porte de bois qui conduit jusqu’au hall de leur futur quartier général. L’anxiété qui la gagnait quelques instants plus tôt devient soudainement plus intense. Elle sent ses entrailles se tordre et ses intestins s’entremêler. Pas à pas, elle avance en tremblant légèrement, mais elle n’arrive pas vraiment à savoir si ses tremblements sont dû à la peur ou à l’excitation qu’elle ressent. Une heure auparavant, lorsque Ellyn, Conrad et elle avaient trouvé cette porte, ils avaient été très excités à l’idée de découvrir un passage secret, mais elle n’avait pas pensé une seconde ce qui pouvait se trouver de l’autre côté. Maintenant qu’ils s’apprêtaient à le découvrir, elle remerciait le ciel d’avoir pris la bonne décision en ordonnant à Ellyn de rester devant la porte de la cave et de prévenir un domestique si jamais ils n’étaient pas revenus avant le couché du soleil. Des goutes de sueur perlent sur son front tandis que Conrad ouvre la porte et contrairement à toutes attentes, il ne fait pas plus jour de l’autre côté. La pièce semble plus grande, beaucoup plus grand que le sous terrains. Regina plisse les yeux, mais elle ne voit rien. Néanmoins, elle croit entendre un léger bruit de pas se rapprocher. Prise de panique, elle se tourne vers son frère et lui agrippe le bras. « Souffle la bougie. Allez souffle la. » La voix de la gamine laisse transparaitre son anxiété. La gamine ordinairement si forte semble si faible à cet instant, totalement envahie par la panique. Conrad ne s’exécute pas, il laisse la flamme de la bougie allumée et ils se retrouvent au centre de la pièce entourée d’un halo de lumière. Aucun bruit ne se fait entendre, si ce n’est les respirations sacadées des deux gosses. « Il n’y a personne ici, ce n’est pas la peine de.. - » Un hurlement perçant vient ponctuer sa phrase. Un hurlement qui provient de la gamine de neuf ans qui se tenait à ses côtés quelques secondes plus tôt. En un éclair, une personne l’avait violemment attrapé pour la projeter contre le mur de pierre. Son palpitant bat à la chamade, il résonne dans ses tempes d’une puissance hors du commun. Ces battements sont tellement forts et violents que ses cris semblent être des chuchotements. Elle hurle, elle lui demande de la lâcher mais il ne desserre pas sa prise. Ses pieds ne touchent plus le sol, elle remue ses jambes en espérant blesser celui qui la retient prisonnière mais ceci ne sert à rien. « Lachez là ! » Ordonne le gamin, mais le bourrin l’ignore. Il rigole, puis passe sa main écailleuse sur la joue de la gamine. « Qu’est-ce qu’une jolie poupée comme toi vient faire par ici.  » L’idiot ne devine pas qu’elle est la fille héritière de son maitre, trop absorbé dans sa contemplation nocturne. Regina plisse le nez car son haleine affreuse parvient jusqu’à ses narines. Elle le repousse avec ses mains, mais sa force ne suffit pas. Et Conrad continue de crier après son bourrin, lui ordonnant de la lâcher. Il fait tout son possible le gamin, il cri, il le pousse, mais rien à faire. Alors il recule, le gamin. Sa respiration est haletante, il cherche un moyen de la délivrer. Il sent le stresse se transformer en colère, mélangée à de la peur. Il laisse ses sentiments prendre le dessus, se laissant totalement envahir par la colère. Il la libère, il explose. « S’il vous plait, je.. - » « LÂCHEZ LA ! » Hurle-t-il en lui coupant la parole. Gamin qui n’est plus maitre de lui même, il s’imprègne de la chaleur environnante, cette dernière semblant renforcer son énergie. Rapidement, il lève la main en direction de son agresseur et la flamme de la bougie tombée sur le sol s’amplifie pour venir enflammer les vêtements de leur agresseur. C’est à son tour de hurler, tandis que le feu dévore sa chair. Regina laisse échapper un cri, mais le mécréant la lâche avant que les flammes n’aient le temps de s’emparer de ses vêtements. Elle retombe lourdement sur le sol tandis que l’homme s’éloigne à quelques mètres en continuant de hurler. Il finit par tomber sur le sol, inconscient et sur le point de rendre l’âme. La princesse est crispée, elle ferme les yeux et se recroqueville, mettant ses genoux contre sa poitrine. Conrad, lui, est sous le choc. Il ne comprend pas ce qu’il vient de se passer, il est effrayé. Cependant, il reprend rapidement ses esprits et s’approchent de sa jeune sœur. Il s’agenouille à ses côtés et pose sa main sur son épaule, contre toute attente, la gamine ne s’écarte pas. « C’est fini, il est parti. » Il a plutôt disparu dans les flammes de l’enfer, mais qu’importe. La gamine ouvre les yeux et ses ambres brillantes croisent celles de son demi-frère. Elle connaît l’existence des Grisha, elle sait qu’ils peuvent pratiquer une sorte de magie qui lui est encore inconnue et elle a compris bien plus vite que le gamin qui lui fait fasse. Le surplus d’informations, la panique intense qu’elle ressentait, sa peur soudainement volatilisée, fait qu’elle fond en larme. Elle pleure, elle déferle tous ses sentiments dans le flot de larme qui quittent ses ambres pour venir s’écraser sur le sol. La main tremblante du gamin vient se glisser sous son épaule pour l’aider à la relever et leurs ambres se croisent de nouveau. La lueur des quelques flammes s’emparant du corps inanimé de l’attaquant viennent à disparaître, laissant ce crime commis dans les limbes du sous terrains. « Viens, il faut rentrer maintenant. » Une pointe d’amertume gagne, car il sait qu’il devra expliquer ce qu’il vient de se passer à son paternel. « S’il te plait, ne.. Ne lui dis pas que j’étais là. » Ce sont les seuls mots qui franchissent ses lippes avant qu'elle entre dans un état à demi-conscient. Elle lui demande de ne rien dire, non pas pour ne pas subir de représailles, mais pour que son père ignore qu’elle connaît la véritable nature de son frère. Conrad hoche la tête presque imperceptiblement, signe d’une promesse qu’il ne brisera pas. Les deux gamins s’enfoncent de nouveau dans le sous terrains, laissant la pénombre les entourer et profitant des derniers instants de tranquillité avant que les cris de leur petite sœur totalement paniquée ne viennent les assaillir.

CHAPITRE 2 - CASCADE DANS LES MONTAGES, QG DU CERCLE DES ONYX (13/14 YO)
Le vent glisse dans ses cheveux soyeux, frappant son doux visage enfantin. Ses yeux semblables à la pierre de jade vagabonde sur le paysage magnifique qui s’offre à elle. Les montages de H’rindy étaient magnifiques, mais le paysage était encore plus prenant lorsque l’on s’éloignait des sentiers battus. On raconte qu’il faut être fou pour s’aventurer dans les montagnes lorsque l’on n’emprunte pas la route principale, mais la gamine n’avait pas peur de se perdre. Sur le dos de son propre yakul au pelage soyeux, elle s’aventurait dans les recoins tortueux des monts avec son paternel. Ce dernier ne connaissait que trop bien les montagnes et surtout, le chemin qu’ils empruntaient. Chemin qui menaient jusqu’à quartier général du Cercle des Onyx. La gamine de onze ans qu’était Regina ne connaissait pas l’existence de ce mouvement secret créée par son paternel deux ans plus tôt, mais elle n’était pas idiote. Elle savait qu’il se passait des choses. Les messes basses entre son paternel et d’autres personnes qu’elle ne connaissait pas, toutes les fois où il disparaissait sans vraiment dire où allait, lui avaient mis la puce à l’oreille. Seulement, elle n’en parlait. Très proche de son père, elle savait qu’il finirait par lui en parler lorsqu’il l’estimerait digne de savoir. Elle était loin de se douter que cette balade serait justement le lieu où Thomas se confierait à sa fille ainée. Ils avançaient, s’enfonçant dans entre les parois rocheuses jusqu’à déboucher sur un lieu merveilleux. Une magnifique cascade. Bouche bée, la gamine était émerveillée. Les jades pétillantes ne quittaient pas l’eau qui se déversait dans la rivière. « C’est beau, n’est-ce pas ? » L’homme vénale et avare qu’était Thomas n’avait que faire d’une telle beauté, même s’il était erreur que la magnificence de ce lieu détourne tout voyageur du passage secret qu’il contenait. Ses yeux sombres se posaient sur sa fille, la prunelle de ses yeux, fier de l’effet que la cascade avait produit sur celle-ci. « C’est magnifique. » Souffle-t-elle en ne quittant pas l’eau des yeux. « Descends, les yakuls ont sans doute besoin de boire. » Il descend de son yakul et passe ses rênes par dessus sa tête et ses longues cornes, puis se dirige vers la gamine pour l’aider à descendre. Il fait la même chose avec le yakul qu’il lui avait offert pour ses dix ans et donnent les rênes à sa fille. Les petites mains de la princesse prennent les rênes et ils s’avancent tous les deux vers la rivière. Tandis que son yakul se rafraichit, Regina s’amuse en dessinant du bout des doigts dans l’eau. Son père la regarde, la laisse profiter de ses derniers instants d’innocence. « Tu ne me demande pas pourquoi je t’ai amené ici ? » Thomas connait sa fille, il sait qu’elle est curieuse et il sait pertinemment que la question lui brûle la langue, mais la gamine se retient. En vérité, un nombre incalculable de question l’avaient travaillé durant le trajet, mais dès qu’elle avait aperçu ce lieu magique, elle avait eu le souffle coupé. La question de son paternel agit sur elle comme une douche froide et ses questions refont surface. Son sourire, si pur et innocent, perd de sa splendeur et son regard quitte l’eau pour s’ancrer dans les prunelles sombres de son père. « Si, mais j’avais finis par me dire que c’était peut-être mon cadeau d’anniversaire. » Elle se mordille la lèvre inférieure et ne peut s’empêcher d’inspecter les alentours. Il ne fêtait plus les anniversaires à Thormar à cause de l’immortalité, mais elle avait toujours aimé cette ancienne tradition aujourd’hui disparue. Les enfants continuaient de grandir et les adultes de vieillirent, même s’ils ne pouvaient pas mourir, alors pourquoi avoir abandonner ce côté folklorique de l’ancien temps ? « Tu as vu juste, comme toujours. Tu as un an de plus aujourd'hui et j'estime que tu es assez grande pour connaitre certains secrets. » Il est fier de la perspicacité de sa fille, comme il est toujours fière de tout ce qu’elle entreprend, même s’il n’a pas conscience de la pression énorme qui pèse sur ses frêles épaules. « Cependant, ce n’est la cascade en elle-même que je souhaite te faire découvrir, mais le lieu qu’elle dissimule. » Regina fronce les sourcils et ces doigts cessent de glisser sur l’eau. Perplexe, elle se tourne vers la cascade et se laisse entrainer lorsque son père lui propose sa main. La cascade dissimulait un lieu secret. Un sourire vient se loger sur les lèvres de la petite. Ce genre de surprise était bien le genre de son paternel. Ils s’avancent vers la cascade, laissant les yakuls attachés à l’extérieur. Ses yeux sont plissés lorsqu’elle s’approche de l’eau, car de minuscule gouttes d’eau viennent frapper son visage. Elle s’arrête un instant, hésitante. « Tu ne crains rien, je suis juste derrière toi. » Un. Deux. Trois. La gamine traverse la cascade, prenant soin de traverser entre l’eau et la roche pour ne pas être trop mouillée et elle atterrie dans un sorte de grotte. Elle cligne des yeux pour s’habituer à la luminosité qui est beaucoup plus faible que dehors. Son père la rejoint quelques secondes plus tard et l’entraine dans le sombre passage qui s’offre à eux. « Où va-t-on, père ? » Son ton est anxieux et sa voix chevrotante. Quelques minutes plus tôt, lorsqu’elle était dans la lumière et face à la cascade, elle était toute excitée, mais l’aspect sombre et ténébreux du chemin qu’il emprunte a laisser place à de la peur. « Tu n’es pas sans savoir que certaines choses me déplaisent dans la monarchie d’aujourd’hui. » Elle acquiesce. Elle savait que son père désapprouvait beaucoup de chose et qu’il était désireux de prendre sa place. Petite, elle l’avait entendu maintes fois répéter qu’un jour il serait sur le trône de Thormar à la place de Ragnar Anderssen. « Par conséquent, j’ai décidé qu’il était temps de faire bouger les choses et de rassembler un cercle de personnes de confiance, qui elles aussi n’aiment pas la façon dont est gouverné Thormar. » De nouveau, elle acquiesce. Elle ne dit rien, la gamine, car elle ne sait pas réellement ce qu’elle pourrait dire. Ses yeux, qui commencent tout juste à s’accommoder à la noirceur de ses lieux, se posent sur son père. Cela ne l’étonne pas, elle savait qu’il finirait par agir et la gamine n’attendait que cela. Bercée d’illusion depuis qu’elle est toute petite, elle avait finit par réellement croire aux rêves de son paternel et à s’imaginer elle-même princesse. Elle entrouvre les lèvres pour poser une question, mais des bruits la font taire. Elle tourne vivement la tête vers la source du bruit et droit devant elle, elle semble distinguer une faible lueur. Sous une lourde porte en pierre, de la lumière passe indiquant une présence. « Nous sommes arrivés. » S’exclame Thomas en pressant le pas et en prenant de nouveau la main de sa fille. Ils finissent par arriver devant la lourde porte que son patriarche ouvre avec un peu de mal. Cette porte devait être très lourde et elle se dit que jamais, elle ne pourrait l’ouvrir seule. Aveuglée par la lumière, elle se remet à cligner des yeux. Son père l’entraine, ils font quelques pas après avoir passé le seuil de la porte et ils s’arrêtent. Ce dernier passe derrière elle et pose ses mains sur chacune de ses épaules. « Bienvenue au quartier général du Cercle des Onyx. » Dit-il fièrement. La gamine est à la fois ébahie et époustouflée. Ses jades vagabondent, elle se pose partout, aussi bien sur les nombres de personne qui se trouve dans ce grand hall que sur les diverses armes présentes, puis elles finissent par se poser sur Conrad perché sur un balcon de pierre donnant sur la pièce. Troublée, elle comprend qu’il a été au courant de l’existence du Cercle avant elle. Aussi fière et égocentrique que son père, elle bombe le torse et relève le menton. « J’en suis. » Laisse-t-elle échapper sans une once de doute. La petite n’a peut être que douze ans, mais elle n’en a pas moins un fort caractère. Son père sourit, ravie d’un tel enthousiasme de la part de sa princesse. Il lève ses yeux de vainqueurs vers son fils ainé, triomphant. « Bien, alors suis moi. Nous allons aller dans mon bureau pour parler de certains détails. » Il contourne sa fille pour se mettre devant elle et l’emmener dans son bureau. Lieu secret où très peu de personne avait le droit de mettre les pieds. Tous deux s’avançaient vers le bureau de Thomas, côte à côte, avec une démarche singulière propre aux Virmund. Ainsi, elle venait d’entrer dans le Cercle des Onyx.

CHAPITRE 3 - MANOIR VIRMUND, H'RINDY. (16 yo)
Des gouttes de sueurs perlent sur son front et ses muscles la font souffrir, mais elle ne laisse rien transparaitre. L’apprentie guerrière continue de se battre armée de ses poings et de ses jambes pour frapper celui contre lequel elle se bat, Conrad. « Tu es trop crispée, tu dois être plus souple dans tes mouvements. » Elle s’arrête en position de défense, ses poings à hauteur de sa poitrine. Elle prend cette critique comme une gifle en pleine figure, mais elle ne se laisse pas démonter. Un soupire franchit ses lippes avant qu’elle ne s’élance dans une nouvelle prise. « Comme ceci ? » Prise qui devait se terminer par un coup de poing en pleine figure, mais le Grisha lui attrape le bras et arrive à l’immobiliser en un rien de temps. « Pas exactement. » Sa voix n'est qu'un doux murmure qui parvient jusque'à son oreille, montrant que son adversaire se délecte de la situation. Il s’amuse de la voir s’énerver face à lui, car il sait qu’elle déteste ne pas être la meilleure. Être la deuxième est une honte pour elle. La princesse laisse échapper un petit cri de rage et se dégage de lui, brutalement. « On recommence. » Avec la ferme intention de recommencer, elle se replace face à lui et lui adresse un regard dédaigneux. L'apprenti est tellement obnubilée par l’idée de gagner qu’elle ne fait plus attention à ses muscles endoloris qui lui font horriblement mal. « Non, tu es exténuée et tu n’arriveras pas à contrer mes attaques dans un tel état. On recommencera demain. » Son ton est ferme, il ne laisse pas place au doute et remet le ton hautain employé par la gamine lorsqu'elle lui avait ordonné de recommencer. L’invocateur des flammes se retourne sans même lui adresser un dernier regard, la laissant plantée au milieu de la pièce. Regina fulmine, elle sent la colère monter en elle. Ses points se serrent, mais elle ne dit rien car elle sait que lorsqu’il a décidé quelque chose, il ne revient pas sur sa décision. L'adrénaline se décharge dans ses artères, adrénaline qui la pousse à le retenir. Seulement, la stratège n'emploie pas des mots, elle passe à l'acte. Gracieusement, elle porte ses doigts fins jusqu'à sa queue de cheval pour resserrer le noeud qui l'entoure et elle se met à courir précipitamment dans sa direction pour l’atteindre avant qu’il ne franchisse la porte. Elle se jette sur lui et ce dernier, pris par surprise, tente de réagir mais finit par se fait plaquer au sol. Triomphante, elle arbore un sourire satisfait tandis que Conrad la regarde ébahi. Il ne connaissait que très peu cette spontanéité chez elle, car elle s’appliquait à la garder enfouie pour toujours être parfaite. « Comme ceci alors ? » Renchérit-elle, s’attendant à ce qu’il fasse une remarque pour booster son égo. Cependant, il n’en est rien. Conrad se met à rire légèrement, un rire surpris et non pas moqueur, mais laisse transparaitre le fait qu’il soit troublé. « C’est vrai que je m’attendais pas à ça. » Il sourit et les prunelles ambrées de la gamine se perdent dans les siennes. Les minutes semblent être des secondes, elle pourrait rester là durant toute l’éternité. Elle se not dans les prunelles de son demi-frère, ne se rendant pas vraiment compte des minutes qui défilent. Moment parfait qui vient à être brusquement terminée lorsque le sourire de Conrad se ternie et cela semble la ramener à la réalité. Quelque chose à perturbé ce moment, une chose qui le pousse à être plus distant envers elle ses derniers jours. « Tu comptes rester là encore longtemps ? » Il arque un sourcil, ce qui la déstabilise quelque peu. « Hm, je ne sais pas. Peut-être encore une minute ou deux pour apprécier ta défaite. » Lance-t-elle en espérant raviver son sourire et l’étincelle dans ses yeux, en vain. Il soupire et laisse son occiput frapper lourdement le sol. « J’ai des choses à faire, Regina. » La gamine perd son sourire et fronce les sourcils, perdue. Au début de la scéance, il semblait être moins froid envers elle –bien qu’il l’était plus que d’ordinaire-, puis voilà qu’il réaffichait son air glacial. Perdue, elle se permet de lui poser une question en toute indiscretion. « Des choses à faire ? Et qu’est-ce donc ? Tu passes ton temps enfermé ici. » Ce n’était pas une critique, mais il semble l’avoir perçu comme telle. « Et tu penses que cela m’enchante de rester cloitrer ici ? N’oublies pas que je suis le fils bâtard de Thomas Virmund, je ne peux pas faire ce qui me plait au risque de perdre le contrôle. Je ne peux pas sortir et fricoter avec la première venue. » Pas comme toi. Les mots ne sortent pas de sa bouche, mais c’est tout comme. Clac. Une nouvelle gifle en pleine figure. C’était donc ça le problème, c’était qu’elle se rapproche d’un adolescent de son âge. Troublée, elle se relève et ne prend pas la peine de lui tendre la main pour l’aider. Elle recule et croise les bras sur sa poitrine. « Je ne fricote pas avec le premier venu, c’est un Anderssen. C’est très important pour père que je me rapproche de lui. » Un nouveau soupire s'échappe des lippes de Conrad tandis qu'il se relève sans mal et reste planté devant elle, sa silhouette musclée totalement immobile. « Bien sûr, tu fais toujours ce que veut notre père. » « Et toi non ? Dois-je te rappeler que c’est toi qui torture des gens pour lui et qui lui sert d’arme secrète contre les ennemis du Cercle ? » Elle crit, elle s’énerve. Elle n'en a que faire que son père l'entende crier à tord et à travers que son fils bâtard n'est autre qu'une arme pour lui, qu'il est un Grisha, un monstre qui effraie la plupart des gens. La colère bouillonne en elle, car elle ne comprend pas la situation. Elle ne comprend pas pourquoi il s’énerve à cause de ce Anderssen qu’elle n’affectionne absolument pas en réalité. La princesse prend le mutisme de Conrad comme une approbation. « Tu sais que j’ai raison, alors ne me reproche pas de lui obéir alors que tu fais de même. » C’est au tour du Grisha de croiser les bras sur sa poitrine. Il détourne les yeux, puis soupire une énième fois. Il semble résigné face à l’incompréhension de Regina. « Cela n’a rien à voir avec ça. Tu ne comprends rien. » Ses jades cherchent ses prunelles noisettes du regard, elle veut croiser son regard fuyard. Elle veut comprendre cette chose qu’il dit qu’elle ne comprend pas, mais elle finit par se résigner. « Je ne peux pas comprendre si tu ne m’expliques pas. » Laisse-t-elle échapper en prenant le chemin de la sortie, le bousculant légèrement au passage. Bousculade qui semble être une électrochoque pour lui car il daigne ouvrir la bouche. « Attends. » Elle immobilise sa silhouette gracieuse, puis se retourne vers lui avec un air hautain au visage. « Je ne suis pas jaloux de la dévotion que tu portes à notre père, je suis jaloux de l’autre type, ce Anderssen. » De l'autre type. Il est jaloux de l'autre type. Elle fronce les sourcils, à la fois paralysée et surprise d’un tel aveux. Incapable de prononcer un mot, elle reste muette et le regarde.  Il finit par se rapprocher d’elle, puis s’arrête à quelques centimètres. Proximité troublante qui la pousse inconsciemment à regard ses yeux sombres puis ses lèvres, puis de nouveau ses yeux couleur chocolat. « Mais ça non plus, tu ne peux pas comprendre. » Puis, c’est à son tour de la bousculer légèrement pour sortir de la pièce. Il la laisse plantée là, immobile, à méditer sur ses dernières paroles si simples à comprendre et pourtant si ambiguës.
AND NOW I RISE - 2018



Dernière édition par Regina Anderssen le 25.10.18 17:36, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

— spoilt and rotten —
avatar
Regina Anderssen
— spoilt and rotten —
infos
more

— Messages : 659
— pseudo : ΛSH COVEN (MIA)
— avatar + © : PHOEBE TONKIN (@ULTRAVIOLENCES), ICE AND FIRE & BLACKTHORN&GREYWAREN (crackship), MACARON (img)

— âge : ( vingt-neuf ) années où on lui a bourré le crâne avec des idées malsaines. vingt-neuf années où elle n'a jamais été réellement elle-même. véritable pantin de son cher paternel, il l'a forgé à son image et il a complètement effacé la gamine innocente et naïve qu'elle était.
— statut civil : ( mariée ) à gendry anderssen. devenant indirectement princesse, regina s'avance sur l'échiquier géant en plaçant ses pions de manière stratégique. Le mariage a eu lieu lorsqu'ils avaient tous les deux vingt-trois ans, mais le plan qui visait à épouser ce jeune prince remonte a bien plus longtemps. déjà lors de leur scolarité, regina s'était amusée à séduire gendry sous les ordres de son paternel et le petit prince n'avait eu aucun mal à succomber aux charmes de celle qui voulait voir disparaitre les anderssen.
— allégeance : ( cercle des onyx ) héritière virmund, elle est devenue le bras droit de son paternel au sein du cercle. regina est bien plus qu'une simple confectionneuse de bijoux, elle est une talentueuse alchimiste qui occupait le poste de adjoint des alchimistes avant de devenir bras-droit.
— métier : ( ex tailleuse de pierre ) l'héritière marche sur les traces de ses ancêtres en devenant à son tour tailleuse de pierre et possédant sa propre boutique à aydindril dans la silver alley. boutique qui semble être un endroit normal où on vend des bijoux, mais qui est beaucoup plus que cela en realité. les trois gemmes, sa boutique de bijoux luxueux, possède une arrière boutique où elle exerce ses talents d'alchimistes hors-pairs en confectionnant des bombes. commerce illégal auquel elle se prête pour satisfaire ses fidèles clients désirant la mort de leurs ennemis.
— tell me your story :
( SOUL MATE )
i don't accepted my love.


☽✵☾

( HER HUSBAND, HER TROUBLEMAKER )
your full loyalty.



— points : 2013

GET TO KNOW ME MORE
TIMELINE:
INVENTAIRE:
RELATIONS:
— 02.09.18 1:13 —


— royal draconian rise —
aces which beats the king.
CHAPITRE 4 - SALLE DU SCEAU, QG DU CERCLE DES ONYX. (17 YO)
Des murmures s’élèvent dans la salle du Sceau lorsque l’héritière s’avance vers le centre de la pièce. Le moment tant attendu était enfin arrivé, le moment où elle allait enfin pouvoir rejoindre le Cercle des Onyx de manière officielle. Bien qu’elle soit membre depuis déjà des années, elle n’avait fait que rester dans l’ombre de son patriarche à suivre les diverses opérations d’espionnages et les cérémonies d’allégeances comme celle qu’elle s’apprêtait à vivre. Cependant, cette cérémonie était particulière car il s’agissait de la sienne. C’était le moment où elle pourrait jurer allégeance à son père, une entière dévotion au Cercle, mouvement qui lui permettrait de devenir la reine de Thormar, d’après Thomas. Douce illusion qui semblait si réaliste à ses yeux. De sa démarche si singulière, presque royale, elle s’avance jusqu’au siège de pierre trônant face à l’assemblée dans la pièce sur lequel se tenait son paternel. La tête haute, le menton levé, elle arrive à sa hauteur. Ce dernier lui adresse un sourire et un signe de la tête encourageant pour qu’elle ploie le genou devant lui, comme tant de personnes l'ont fait avant elle. Chose qu’elle fait immédiatement et sans aucune hésitation, inclinant la tête, ses jades fixant le sol. « Regina Virmund, héritière de la famille Virmund, jures-tu allégeance au Cercle des Onyx pour l’éternité ? » Question rhétorique, car la princesse n’a pas le choix. La fausse héritière déglutit avant de répondre sur un ton qui ne laisse pas place au doute. « Moi, Regina Virmund, je jure allégeance au Cercle des Onyx jusqu’à ma mort. » Elle reste immobile, ne bouge pas d’un millimètre jusqu’à ce qu’elle soit autorisée à se relever. Dès qu'elle relève la tête, ses yeux fixent le métal brulant qui viendra bruler sa chair dans quelques minutes, puis finissent par se poser sur Conrad. Il est le premier membre de l’assemblée, le plus proche de Thomas. L’année précédente, c’était elle qui se tenait à sa place pour le soutenir dans sa démarche et jamais, elle n’oublierait le supplice que cela a été de le voir souffrir à cause de la marque au fer rouge. Elle sait qu’il ressentira la même souffrance, car avec le temps, elle a finit par comprendre cette chose qu’il disait incompréhensible. Elle a finit par lire entre les lignes et elle a su remarquer les phrases ambigües qui lui étaient adressés, tout comme lui a su lire entre les lignes lorsqu’elle lui répondait avec audace. Son père se lève de son fauteuil pour aller s’emparer de la barre métallique au bout de laquelle se dessine un simple cercle, la marque d'allégeance. Il se rapproche d’elle, un air cérémonieux sur le visage et s’arrête à quelques centimètres de sa fille ainée. Il lui adresse un sourire encourageant, car il sait que les secondes qui vont n'auront rien d'agréable. « Où veux-tu être marquée ? » Sa voix forte imposant le respect résonne entre les quatre murs de la pièce, l'assemblée reste muette face à son roi. Choisir l’emplacement de cette marque n’avait pas été chose simple. Regina y avait murement réfléchi avec le temps, chaque fois qu’elle portait une robe pour une énième cérémonie. Il fallait qu’elle la dissimule, qu’elle ne soit pas visible, peu importe le type de tenue qu’elle portait. « Sur ma hanche droite. » Vêtue exceptionnellement d’un pantalon en cachemire de couleur noir, il lui suffit de lever son t-shirt pour montrer exactement l’endroit où elle souhaite avoir cette marque d’allégeance. De ses doigts fins, elle dessine un petit cercle à l'endroit exact où elle souhaite être marquée. Son père hoche la tête et lui prend la main, de sa main libre. Regina acquiesce pour lui dire qu’elle est prête et sans plus attendre, son père dépose le métal brulant sur sa chair. Plus il fait ça vite, plus vite c'est terminé. Son palpitant s’accélère, sa tension augmente et le sang pulse dans ses artères. Elle sait qu’elle va souffrir d’un instant à l’autre et que la douleur sera inimaginable. A l’instant où elle sent le feu dévorer sa chair, la princesse laisse échapper un cri, mais se ressaisit rapidement lorsque son père lui serre davantage la main. La douleur est insoutenable, mais elle doit tenir le choc. Elle sent sa chair disparaitre, partir en fumée et elle a la sensation que le feu la brule jusque ses entrailles. Enfin, il retire le bout de métal et Regina laisse échapper un lourd soupire. La respiration haletante, le cœur battant, elle pose ses mains sur ses genoux pour reprendre son souffle. Lorsqu’elle relève les yeux, elle croise les prunelles noisettes de Conrad qui lui sourit. Il semble rassuré. Ellyn, quelques mètres plus loin, semble inquiète, mais elle affiche un sourire réconfortant à celle conte qui elle est fâchée depuis des années à cause de la distance que l'héritière à mis entre elles deux. Discrètement, elle leur rend leurs sourires avant de reporter son attention sur son paternel. « A partir d’aujourd’hui, tu es un membre officiel du Cercle. Quel poste souhaites-tu occuper ? » Il sait ce qu’elle veut faire, mais la coutume exige qu’il pose la question. L’alchimiste en herbe et prometteuse qu’elle était ne laissait pas place au doute. « Alchimiste. » Laisse-t-elle échapper, tentant toujours de reprendre son souffle. Son père acquiesce et se tourne vers son fils ainé. Conrad, peux-tu me donner la boite que je t’ai donné avant la cérémonie ? » Il s’exécute et sort de sa poche une petite boîte. Regina n’avait pas été mise au courant de cette partie de la cérémonie, son père désireux de lui faire la surprise. Ses jades se posent sur la petite boite qui est maintenant entre les mains de son père, puis elle adresse un regard interrogateur à ce dernier. . « A la fin de la cérémonie, il arrive que certaines personnes désirent exprimer leur loyauté en portant une pierre, de l’onyx. Je me suis dis que ceci t’irait à ravir. » Il ouvre la boite qui contient deux boucles d’oreilles. Des simples pierres rondes et noires, des onyx. Surprise, mais touchée, l’héritière sourit et s’empare des boucles d’oreilles pour les enfiler sans attendre. « Merci beaucoup, père. » Ce dernier sourit, fière de sa prestation et de sa surprise. Pendant qu’elle les enfile, Regina ne peut s’empêcher d’adresser un regard à Conrad, car elle sait que c’est lui qui a choisit le modèle, même si son père est celui qui a exigée la confection de ses boucles d’oreille. Une fois les pierres d’onyx ornant ses oreilles, elle se tourne vers la foule. « Regina Virmund, nouvelle alchimiste du Cercle des Onyx. » S’exclame son père pour la présenter de manière officielle, en la poussant au milieu de la foule afin de recevoir les félicitations de tous ses adeptes. La princesse qui n'en est pas une s'avance au milieu de ses partisans, les saluant et les remerciant gracieusement. Toutefois, ses pensées restent focalisés sur une personne bien particulière. Elle est peut-être avec les partisans du Cercle, mais son esprit ne pense qu'à lui, qu'à recevoir ses félicitations et connaitre son avis sur le déroulement de la cérémonie. Conrad. Elle lui adresse un regard en passant devant lui, et il lui murmure un plus tard, l’encourageant à profiter de ce moment qui restera gavé dans sa mémoire pour l’éternité.

CHAPITRE 5 - PIECE NOIRE, QG DU CERCLE DES ONYX. (17 YO)
Quelques bougies éclairent la pièce sombre dans laquelle elle s’enfonce en compagnie de son père et de Conrad. Désireuse de connaître les raisons pour lesquelles ce dernier l’a amené dans la pièce noire, elle les suit avec impatience. Ils l’entrainent dans un recoin de la pièce, à l’écart et c’est là qu’elle le voit. Un homme aux cheveux de jais, le visage déformé par la peur. Elle se fige, sa frêle silhouette reste gracieusement immobile tandis, que son père et Conrad se mettent de chaque côté de l’homme qui se trouve sur la table, attachés par des cordes au niveau des pieds et des mains. Elle la sent, l’angoisse monter en elle, mais elle ne laisse rien transparaitre. Elle n’est pas dupe, ni idiote, elle connaît la fonction de cette salle même si elle n’y a jamais mis les pieds. C’est une salle de torture, réservée aux traitres. Ses yeux passent de son paternel qui arbore un sourire mauvais, à Conrad qui lui ne semble pas plus heureux qu’elle de se trouver ici. « Qu’est-ce que je fais ici, père ? » Laisse-t-elle échapper sur un ton aussi glacial que l’ambiance qui règne dans la pièce. Les prunelles sombres de son paternel la toisent, avide de voir sa réaction suite aux mots qui s’apprêtent à sortir de sa bouche. « Allons Regina, tu ne vas pas me faire croire que tu n’as aucune idée des raisons qui m’ont poussé à t’amener ici. » L’héritière le toise à son tour, les sourcils légèrement froncés. Il pousse le vice jusqu’au bout, désirant qu’elle prononce les mots elle-même. « Détrompez-vous père, je n’en ai pas la moindre idée. Je suis une alchimiste et non pas une tortionnaire qui prend plaisir à torturer autrui. » Elle adresse un regard à Conrad et elle espère que ses paroles ne le blesseront pas, car elle n’était en aucun cas dirigées contre lui. Elle savait qu’il ne prenait pas un malin plaisir à torturer les traitres, il ne faisait qu’obéir aux ordres de son père qui lui, par contre, prenait un malin plaisir à voir ses ennemis souffrir. « Très juste, tu es une alchimiste. Tu te souviens de cette fiole, je suppose ? » Un large sourire vient s’afficher sur ses lippes tandis qu’il sort la petite fiole de couleur violacée de sa poche. Il s’agissait d’un poison mortel qu’elle avait étudié le jour même, un poison concocté par une Alkemi et qu’elle avait déposé dans la réserve, sans réellement connaître l’usage que Thomas en ferait. « Bien sûr, j’ai répertorié et étudié ce poison aujourd’hui et celui-ci en faisait partie. Mais viens en au fait, s’il te plait. » Il sourit de plus belle face à la réponse de sa fille, mais également face au regard terrifié que lui jette l’homme qu’il encercle tous les trois. « Tu vas te charger de lui administre par voix intramusculaire. » La princesse hausse les sourcils, surprise. Il veut qu’elle le tue. Il veut qu’elle connaisse la dure réalité de ce monde. Regina perd un peu de sa contenance, mais se reprend rapidement. Elle ne comprend pas les raisons qui poussent son père à vouloir qu’elle ôte la vie de cet homme. « Et pourquoi devrais-je lui administrer un poison, sachant que les flammes de Conrad lui offriront une mort bien plus douloureuse ? » Ose-t-elle dire sur un ton désapprobateur, presque mauvais. Elle ne veut pas le tuer, alors elle dévoile son secret. Depuis ses neufs ans, elle sait que son frère ainé est un Grisha. Thomas fronce les sourcils, surpris. Il ne s’attendait pas à recevoir une réponse sur un ton effronté, ni à ce qu’elle connaisse l’existence des pouvoirs de son frère. Le chef du Cercle adresse un regard lourd de sens et rempli de reproche à Conrad, avant de reporter son attention sur sa fille. Il entrouvre ses lippes, mais elle lui coupe la parole. Gamine qui ose défier son paternel, car la vie d’un homme est en jeu. « Oui, je suis au courant. Mais ce n’est pas la peine d’en vouloir à Conrad, il m’a dévoilé ses pouvoirs en les utilisant pour me sauver la vie. » Elle lève le menton un peu plus haut, l’égocentrique, et croise les bras sur sa poitrine. Thomas soupire, regarde sa fille quelques instants. « Bien, nous verrons cela plus tard. » De nouveau, il regarde Conrad avant de reporter son attention sur la fiole. « Quoiqu’il en soit, je t’ai simplement demande d’administrer ce poison à cet homme et j’aimerai que tu m’obéisses, Regina. » C’est à son tour de soupirer. Son cerveau bouillonne, elle réfléchie à une vitesse fulgurante pour trouver une solution. Elle en vient à se dire que le meilleur moyen pour que cet homme ne souffre pas, c’est de lui administrer ce poison. Au moins, la mort sera rapide et indolore, puis son âme pourra partir pour reposer en paix. « Très bien, j’accepte. » Son ton est volontairement résigné, car elle souhaite montrer la désapprobation de son geste. Thomas affiche toujours ce sourire mauvais lorsqu’il lui tend la fiole de poison, qu’elle saisit de ses doigts fins. Elle s’avance, rejoignant son père pour porter le poison aux lèvres du traitre. Les yeux de ce dernier sont terrifiés à l’idée de mourir, mais il ne se débat pas. Lui aussi sait que c’est la meilleure issue possible. Les jades de l’héritière restent ancrées dans les prunelles bleutées de l’homme en question et dès que la fiole touche ses lèvres, elle sent une main l’empêcher de verser le poison. « Attends. Je t’ai dis de lui donner, mais je ne t’ai pas dis de le faire maintenant. J’aimerai qu’il souffre un peu avant de mourir, qu’il regrette d’avoir trahi le Cercle auquel il avait juré allégeance. » Elle le regarde  ébahi et l’envie de jeter le poison par terre afin que la fiole se brise lui traverse l’esprit, mais elle se contient. Un long soupire s’échappe de ses lippes tandis qu’elle adresse un regard exécrable à son paternel. Il avait beau l’aimer plus que tout, la considérer comme sa petite princesse, il avait parfois des réactions et des exigences particulières. Il ne pensait pas vraiment à mal, il voulait lui montrer la dure réalité de ce monde, mais l’homme cruel qu’il était toutes les autres personnes en dehors de Regina refaisait parfois surface sans crier gare. « Mais enfin, je.. - » Il lève la main pour la faire taire et fais signe à Conrad de se préparer, ce dernier obéit sans protester, il a sans doute pris l’habitude. « Pendant que Conrad s’amuse avec ce traitre, vas préparer la seringue que tu lui administreras dans quelques minutes. » S’amuser. Tout cela l’amuse, tout cela n’est qu’un jeu pour lui. Un frisson lui parcourt l’échine du coccyx jusqu’à son occiput, mais elle obéit, résignée. Elle ne peut rien faire, elle le sait. Ses mains tremblent lorsqu’elle verse le poison dans la seringue, mais heureusement, aucune goutte ne tombe à côté. Elle s’apprête à tuer un homme pour la première fois alors qu’elle n’en a aucune envie. Alors qu’elle pensait que la situation ne pouvait pas être pire, elle entend l’homme crié sous les flammes de Conrad. Elle ne tourne pas les yeux vers lui et reste concentrée sur ce qu’elle fait, tremblantes de tout son être. Elle refuse de regarder, mais l’odeur de la chair brulée parvient jusqu’à ses narines et lui donne la nausée. Lorsqu’elle se tourne vers eux, elle voit les flammes de Conrad partir en fumer et son père lui fait signe d’avancer. L’homme continue de parler, mais ce ne sont que des murmures désormais. Des murmures que la princesse n’a aucun mal à entendre, vu le silence pesant qui règne dans la pièce. Il les supplie de mettre fin à son supplice, et l’alchimiste s’exécute, elle s’avance vers lui et cette fois-ci, elle ne prend aucun risque. « Puis-je mettre un terme à toute cette mascarade, cette fois ? » Effrontée, en colère, elle regarde son paternel et attend son aval. Ce dernier comprend sa colère, alors il se contente d’acquiescer. Cette fois-ci, elle ne tremble plus. Elle est sur le point d’ôter la vie à une homme contre son gré, forcée par son père,  et elle est en colère. Affreusement en colère. Elle lève la main et d’un geste rapide, elle enfonce la seringue dans la face antérieure de l’épaule de l’homme aux cheveux de jais. Ce dernier semble à l’agonie, presque reconnaissant, avant de pousser son dernier soupir. Les mains de la jeune femme se remettent à trembler tant la colère s’est emparée d’elle. « Satisfait ? » Thomas ne sourit plus, il fronce les sourcils en acquiesçant.. « Contrairement à ce que tu crois, tout ceci n’est pas une mascarade. Je voulais que tu comprennes la dure réalité du monde dans lequel tu vis, mais je voulais aussi que tu prennes conscience que nous ne parviendrons pas à nos fins sans tuer personne. » Ses mots sont dures, mais affreusement juste. Elle ne répond pas Regina, elle se contente d’enlever la seringue de l’épaule de l’homme et de la poser sur la table à côté de lui. « J’espère que tout cela en valait la peine. » Ses jades toujours plongées dans les iris sombres de son paternel, elle rompt le contact visuel en se dirigeant vers la porte. Sans même leur adresser un regard, elle claque la porte, les laissant seul avec le cadavre de l'homme qu'elle vient d'assassiner. La princesse innocente vient de perdre une partie de son âme.

CHAPITRE 6 - MANOIR VIRMUND&HOPITAL, AUTUMN COURT. (18 YO)
Seule la lumière de la lune éclairait le couloir interminable qu’elle traversait, à demi-consciente. Cela faisait sept jours qu’elle n’arrivait plus à trouver le sommeil, sombrant dans la paranoïa et la folie. Sept longs jours. Des jours interminables où les remords la bouffaient de l’intérieur, la culpabilité rongeant ses entrailles. Un pas après l’autre, elle avait choisi de prendre la direction de la salle de bain commune qui se trouvait non loin de sa chambre. Sans un bruit, elle ouvrait la porte de la salle d’eau et s’enfonçaient à l’intérieur, sans prendre la peine de la verrouiller. Tous les Virmund dormaient à cette heure, mis à part son paternel peut-être, mais ce dernier devait très certainement être dans son bureau au rez-de-chaussée.  Pendant un long moment, l’héritière se regardait dans le grand miroir au dessus du lavabo en marbre. Ses jades n’avaient plus rien d’étincelantes, elles semblaient éteintes. Les cernes violacés sous ses yeux n’arrangeaient rien, ternissant un peu plus son regard et ses cheveux en bataille ne faisaient qu’accentuer l’image d’aliénée qu’elle renvoyait. Elle contemplait sa propre image dans le miroir, jusqu’à que tout dérape de nouveau. Il était là. Il était là. Encore. L’homme aux cheveux de jais dont elle ignorait le nom. L’homme qu’elle avait assassiné. Les mouvements de sa poitrine deviennent saccadés, plus fort suite à l’emballement brutal de son palpitant. Elle respire soudainement plus fort aussi. Il ne peut pas être là. Ce n’est pas réel. Elle ferme les yeux quelques secondes, puis les ouvre des nouveaux. Il est toujours là. Il est immobile, stoïque et muet, mais il est toujours là. Ses grands yeux bleus contemplent la gamine, et ses saphirs finissent par croiser les jades de l’aliénée. Contact brutal qui lui provoque un électrochoc. Elle saisit un vase vide proche du lavabo et se retourne pour le jeter violemment sur l’homme qu’elle a tué. Le vase s’écrase contre le mur du fond, les morceaux venant à leur tour s’écraser sur le sol. Bruit sourd qui, elle l’espère, n’a réveillé personne. Néanmoins, l’homme semble avoir disparu. Elle retourne vers le miroir, plus sereine, mais dès qu’elle se retrouve face à son reflet, l’homme réapparait derrière elle. Le désarroi la gagne, ou peut-être est-ce la sensation d’impuissance que l’on ressent lorsque l’on sombre dans la folie. Elle se met à trembler et les larmes lui montent aux yeux. « Laissez-moi tranquille... » Murmure-t-elle. La gamine le supplie, elle ne veut plus le voir, elle en assez. Cela fait des jours qu’il hante le manoir dès qu’elle se retrouve seule dans une pièce. Cela fait des jours qu’elle a l’impression de devenir folle. « Je vous en supplie, partez. » Les larmes perlent sur ses joues désormais. Ses yeux deviennent écarlates, couleur qui se rajoute aux cernes violacés et au vert jade de ses prunelles. Ses mains s’agrippent aux bords du lavabo, toujours tremblantes. Elle ne comprend rien. Elle n’arrive pas à accepter son crime tant la culpabilité la ronge de l’intérieur. Mais peut-être que si elle lui parlait, il finirait par s’en aller. Elle se retourne beaucoup moins brutalement que tout à l’heure et lui fait face. Elle fixe le sol, respirant bruyamment. Son palpitant bat à la chamade, elle a l’impression qu’il s’apprête à briser ses côtés et son sternum pour sortir de sa poitrine. Allez, regardes-le, s’encourage-t-elle. Encouragements qui fonctionne car la gamine lève les yeux vers lui et ses ambres croisent ses saphirs. Sa respiration, haletante jusqu’à présent, se coupe une demie seconde. Elle le regarde, en espérant qu’il daigne s’en aller, en vain. Ses yeux remplis de larmes s’écarquillent lorsqu’il semble se mouvoir, plus particulièrement ouvrir la bouche. Ses traits changent, il semble se mettre en colère. « Tu m’as tué. » Phrase qui résonne dans les oreilles de l’assassin qu’elle est. Phrase qu’il répète un nombre incalculable de fois jusqu’à ce que la gamine plaque ses mains sur ses oreilles pour ne plus entendre le bruit. Tu m’as tué. . « Arrêtez. » Ordre qui n’a pas le moindre effet sur le fantôme qui n’existe que dans son esprit. Même avec ses mains, elle l’entend répéter cette phrase boucle. Ses entrailles se tordent, la culpabilité ne fait que s’accroitre. . « ARRETEZ ! » Hurle-t-elle en se retournant vers le miroir, cherchant désespérément quelques choses dans un des nombreux tiroirs. Elle n’en peut plus. Elle en a assez. C’est trop pour elle, le poids est trop lourd à porter. Alors elle s’empare du petit couteau qui par miracle se trouvait là et le dépose sur ça chair, sans l’enfoncer. De nouveau, elle se retourne vers l’homme aux cheveux de jais qui ne fait que la tourmenter. « C’est ça que tu veux n’est-ce pas ? C’EST CA QUE TU VEUX ? » Elle hurle encore, criant son désespoir. Ses jades passent du couteau aux saphirs de l’homme. Il se tait à présent. Plus aucun son ne sort de sa bouche et la gamine prend son silence comme une approbation. Elle pleure encore, les larmes s’écrasent sur le sol, sa respiration est toujours saccadée. Elle n’en peut vraiment plus. Excédée, elle regarde le couteau qu’elle s’enfonce elle-même dans la chair déchirer ses veines avec acharnements et le sang se joint aux larmes et vient lui aussi s’écraser sur le sol. Sentiment de soulagement qui l’envahit, comme si son désespoir et sa culpabilité disparaissaient en même temps que le sang coule le long de ses vêtements. Malgré cela, des anticorps se déversent dans son organismes pour refermer les blessures qu'elle s'inflige. Elle les voit se refermer, aussi profondes soit-elles, alors elle serre son couteau avec plus de force et l'enfonce dans son ventre, déchirant ses organes. Elle laisse échapper un long soupire, à bout de souffle et se laisse glisser contre les placards sous le lavabo, son esprit apaisé s’enfonçant doucement dans les abysses.

(…)

La gamine cligne des yeux, aveuglée par la lumière blanche qui éclaire la pièce. Il lui faut quelques instants avant que sa vue ne s’accommode à cette lueur presque surnaturelle. Etait-elle morte ? Etait-ce la fameuse lueur qui la conduirait vers un monde paisible ? Elle finit par trouver la réponse elle-même lorsque ses jades se posent sur la silhouette de Conrad. Ses traits sont tirés, il semble fatigué. Elle ne se rend pas compte qu’il l’observe jusqu’à ce que ses prunelles croisent les siennes. « Salut. » Un timide sourire vient animer son visage. Il semble mal à l’aise, tout comme Regina. Il savait. Il savait forcément ce qu’elle avait fait pour se retrouver ici. « Salut. » Elle aussi se montre timide, même si ce n’est pas son genre. Elle ne sais pas sur quel pied danser, mortifiée par un sentiment de honte. « Comment te sens-tu ? » Mal. Même plus que mal, mais elle ment pour éviter de parler de ce qu’il vient de se passer. Une moue s’affiche sur son visage et elle met quelques secondes avant de répondre. « Ca pourrait aller mieux. » L’héritière baisse les yeux, gênée. Elle ne lui dira pas qu’elle se sent affreusement mal, trop fière pour montrer la moindre faiblesse. Conrad soupire avant de laisser sa main s’aventurer sur le lit pour prendre la sienne. Il la porte à ses lèvres et y dépose un baiser. Sa deuxième main emprisonne celle de la gamine, incapable de se libérer, mais en avait-elle seulement envie ? « S’il te plait, ne fais pas comme si il ne s’était rien passé. Ce que tu as fait est.. » « Est quoi ? Honteux, incompréhensible, pathétique ? » La gamine s’énerve, car dès qu’ils abordent un sujet la touchant de trop près, elle se met en colère. Colère qui s'explique par le fait qu'elle déteste être vulnérable et ce sujet montre particulière une faiblesse. Elle dégage sa main de l’emprise de Conrad et ses jades se posent les bandages qui cachent ce qui sera plus tard des cicatrices. Son cœur loupe un battement lorsqu’elle prend conscience de la réalité des choses et de l’acte qu’elle a commis. Elle a tenté de se suicider. De mettre fin à ses jours. Ses jades ne quittent pas son pansement, elle-même sous le choc de l'acte qu'elle a commis la nuit dernière. « J’allais qualifier ce qu’il s’est passé de grave. » Et il avait raison, Conrad. Ce qu'elle avait fait été grave, il était important qu'elle soit prise en charge rapidement pour remédier au problème qui l'avait poussé à faire cela. Instinctivement, les prunelles de Regina scrutaient la pièce, de peur que le fantôme qui hantait ses jours et ses nuits ne soit encore là. Elle fut soulagée de constater qu'il avait disparu. Conrad, encore plus inquiet par les regards qu'elle jette dans tous les coins de la pièce, rapproche sa chaise du mieux qu’il peut et finit par se pencher vers elle pour être plus près. Ses jades se noient dans ses prunelles noisettes et elle constate que l’air qu’il affiche n’a rien d’étrange. Ses iris sont familiers, ils semblent même avoir un effet positif sur elle. Ses muscles se détendent un peu, même s’ils restent loin de l’être totalement et la colère s'estompe. « Ce que tu as fais n’a rien de pathétique, ni de honteux, mais il est vrai que je comprends pas les raisons qui t’ont poussé à faire cela. » Il n’y aucune pitié dans son regard, ni aucune trace de dégout. Il semble juste perdu et dérouté, comme elle. Lorsqu’elle repense à la scène d’hier soir, ses entrailles se tordent à nouveau et des larmes viennent troubler son champ de vision. Elle baisse les yeux, sans vraiment savoir pourquoi. « Je l’ai vu, l’homme que j’ai empoisonné. Je le vois depuis des jours, je ne dors plus à cause de cela. J’ai l’impression de devenir folle. » Elle renifle, puis sèche les quelques larmes qui perlent sur ses joues porcelaines. La gamine daigne lever les yeux vers lui en espérant ne pas y voir la peur. Peut-être que lui aussi, il finirait par la trouver folle. Mais il n’en est rien. Conrad reste stoïque, son sourire ayant disparu dès qu’elle avait commencé à s’énerver, et laisse échapper un long soupire. « Je le savais. Je savais que c’était trop tôt pour que tu le fasses, mais il a insisté. » Ses poings se serrent et sa machoire se crispe. La colère commence à monter en lui comme elle avait gagné sa sœur quelques instants plus tôt. « J’aurais dû le faire moi-même, je.. - » Elle pose sa main sur la sienne pour le faire taire, puis elle entrelace ses doigts aux siens. « Tu ne pouvais rien faire. Et puis, il n’y a pas d’âge pour.. assassiner quelqu’un, Conrad. Même si j’avais été plus âgée, cela aurait eu le même effet. » Paroles étrangement sages qui sortent de sa bouche, mais qui semble le réconforter. Il s’apaise au contact de sa peau contre la sienne, mais des larmes viennent embuer ses prunelles. « C’est moi qui t’es trouvé tu sais. Je t’ai entendu hurler et je suis montée à l’étage, puis je t’ai trouvé. Tu étais par terre, inconsciente et il y avait du sang partout. » Il déglutit, la sincérité de ses mots la touchent. La peine et la douleur sont clairement lisibles dans son regard. « J’ai cru que tu étais morte. C’était l’un des pires moments de ma vie, si ce n’est le pire. » Elle a envie de s’excuser, de l’enlacer pour lui dire qu’elle est toujours là. Elle veut qu’il sèche ses larmes et qu’il lui offre l’un de ses plus beau sourire. Elle n’aime pas le voir dans cet état et savoir que c’est elle qui est responsable de son malheur ne fait qu’accroitre sa culpabilité. « J’étais désespérée, je ne savais plus quoi faire. Il répétait en boucle que je l’avais tué alors j’ai pris le couteau et... tu connais la suite. Je ne referais plus jamais ça. Je ne referais plus jamais ça, je te le promets. » Elle lui sourit, persuadée qu’elle tiendrait sa promesse. « Tu n’as pas intérêt. Et si l’idée te reprend, viens me voir avant pour qu’on évite tout cela. » Du doigt, il désigne les larmes sur ses joues en souriant brièvement. Doux sourire qui vient lui mettre du baume au cœur et apaiser toutes les peines que le docteur qui la suivra ne sera pas en mesure de soigner.

CHAPITRE 7 - QG DU CERCLE DE ONYX, MONTAGNES H'RINDY. (18 YO)
De sa démarche singulière, elle s’avance jusque une porte de l’une des salles inoccupées du quartier général du Cercle des Onyx en tentant d’éviter les regards furtifs des adeptes qui sont certainement au courant de la tentative de suicide qu’elle a commis quelques jours auparavant. Sans un bruit, elle appuie sur la poignée pour ouvrir la porte de la fameuse salle où elle souhaite se rendre et elle entre. Seule une bougie éclaire la pièce et vient illuminer le visage de celui qu’elle cherche. Conrad. Il est assis sur une chaise attablée à un bureau, les yeux rivés sur un livre dont elle ignore le contenu. « Puis-je te parler ? » Elle ne sait pas vraiment pourquoi elle est là, ni ce qu’elle a à lui dire, mais une chose est sûre : elle veut lui discuter avec lui et entendre sa voix. Il sursaute, le maitre des flammes, car il ne l’avait pas entendu entrer. Il tourne la tête vers elle et ses iris sombres croisent ses jades, le temps semble s’arrêter. « Si tu es occupée, je peux revenir plus tard. Je ne veux pas te déranger. » La nervosité s’empare d’elle, et prise de panique, elle se retourne et pose sa main sur la poignée juste derrière elle pour sortir. Elle n’aurait pas du venir, elle ne sait même pas pourquoi elle est ici, c’était stupide. Vraiment stupide. « Restes, tu ne me dérange absolument pas. » Doucement, il ferme son bouquin à la reliure verte déchirée et se lève de sa chaise. La gamine de dix-huit ans se fige, puis elle se retourne vers lui. Elle s’avance vers lui pour se poster à quelques mètres, se tordant les doigts à cause de la nervosité. « Je ne sais pas vraiment pourquoi je suis là, j’avais juste besoin de te parler. » Son palpitant s’accélère, elle se monte la tête alors qu’elle n’a aucune raison d’être angoissée face à son demi-frère qui ne demande qu’à l’aider. « Tout bien réfléchie, je n’aurais pas du venir. » Elle s’apprête à faire demi-tour une nouvelle fois, mais une main s’empare de son avant bras pour l’en empêcher. La chaleur de sa main s'introduit en elle et vient faire fondre la glace qui entoure son coeur de pierre. Ses jades croisent le regard inquiet de Conrad, qui ne comprend pas ce qui se passe. « Qu’est-ce qui se passe ? Ca ne te ressemble pas de fuir comme ça, d’ordinaire tu es plutôt du genre sûre de toi, et quelque peu arrogante aussi. » Il dit ça doucement, l’inquiétude palpable dans sa voix, et un faible sourire apparaît sur son visage lorsqu'il termine sa phrase par l'une de ses petites pics habituelles. Ce doux sourire vient estomper la panique de la demoiselle, chassant toute trace de son esprit. Elle soupire et baisse les yeux, ne sachant pas vraiment où regarder. Il a raison, ça ne lui ressemble pas d’être comme ça. Timide. Peu sûr d’elle. Elle l'était car elle se sentait impuissante face aux sentiments étranges qu'elle ressentait pour son demi-frère. Elle n'aimait pas paraitre faible, mais elle avait fini par accepter le fait que Conrad l'avait vu dans un état de faiblesse à maintes reprises, alors elle avait mis sa fierté de côté pour dévoiler un côté plus sensible. « Te souviens-tu de la fois où tu m’as dis que je ne pouvais pas comprendre ? » Sa phrase aurait été dénuée de sens pour tout autre personne, mais lui avait compris. Elle faisait référence à la fois où il avait exprimé sa jalousie pour le Anderssen qui la courtisait et avec lequel elle fricotait lors de ses années scolaires. Son sourire rassurant laisse place à une expression indéchiffrable, un mélange d’appréhension, de sincérité et de elle ne sait quoi. Il acquiesce sans rien dire. Elle inspire profondemment, car il attend la suite. Ses jades croisent de nouveau ses iris sombres. « Je crois que je ne comprends toujours pas. » Visiblement, ce n’était pas la phrase qu’il attendait car ses sourcils se froncent. A quoi bon venir jusqu’ici pour lui dire cela ? « Dès que je suis dans la même pièce que toi, que nous soyons proches ou non, tu accapares mon esprit. Tous mes sens sont en éveil, je ne pense qu’à venir te parler, à te prendre la main, à te t'emb... » T’embrasser. Elle se retient de terminer cette phrase, effrayée à l’idée que quelqu’un l’entendre, mais également effrayée à l’idée que cela arrive réellement. Ses doigts s’entremêlent de nouveau, jouant les uns avec les autres avec nervosité. Ses yeux se posent partout, sur tous les objets de la pièce. Elle n’a pas l’air bien, il sent toute la nervosité qui se dégage d’elle. Il remonte sa main sur avant-bras et le caresse doucement. Lorsqu’elle daigne lui adresser de nouveau un regard, ses sourcils ne sont plus froncés et son expression à de nouveau changé. Il semble calme et pas du tout effrayé. Il sait ce qu'elle ressent, car il est passé par là lui aussi peu de temps avant elle. « Lorsque je t’ai dis que tu ne pouvais pas comprendre, j’étais en colère. J’ai dirigé cette colère contre toi, mais c’était envers moi-même que je l’étais. Je ne comprenais pas ce qu’il m’arrivait, je ne comprenais pas les raisons qui me poussaient à être obnubilé par toi, par le fait de toucher ta peau ou par l’envie de.. - » « Ne le dis pas. » Elle ferme le yeux, toujours aussi effrayée par cette idée. « C’est interdit, c’est contre nature. On ne peut pas.. - » Avant qu’elle n’ai le temps d’en dire davantage, il décide que la seule manière de faire taire la panique qui semble se déployer en elle est de poser ses mains sur hanche et de attirer vers elle pour poser ses lèvres contre les siennes. Une sensation étrange l’envahit, un mélange d’excitation et de peur, mais elle n’est pas aussi effrayée qu’elle ne l’aurait cru. Des papillons dansent dans son estomac, procurant une douce sensation qu’elle n’avait pas ressenti depuis longtemps. On ne peut pas faire ça. On ne doit pas faire ça. Les phrases se répètent en boucle dans sa tête, mais les battements de son palpitant sont si forts que ces phrases semblent inaudibles. Elle perd la raison, Regina. Comme elle la perd toujours lorsqu’elle est avec lui. Au diable la réflexion, elle se laisse aller et le baiser chaste que lui offre Conrad se transforme en un baiser fougueux. Elle passe ses bras autour de son cou et il l’attire contre le bureau. Toutes ses années passées à se retenir ne font qu’amplifier le baiser qui semble être une récompense à toutes ces années d’abstinence. Il l’attire contre le bureau, ses lèvres ne quittant pas les siennes, mais lorsqu’elle s’apprête à s’asseoir, un bruit se fait entendre dans le couloir. Ils se figent l’un comme l’autre, s’écartant brusquement de peur d’être surpris en train de commettre une monstruosité, et la réalité vient la frappe de plein fouet. C’est contre nature. Ses jades s’ancrent dans les siennes, elle tente de reprendre sa respiration et lorsqu’il s’approche à nouveau d’elle pour poser la main sur sa joue, elle s’écarte brusquement. « On ne peut pas, Conrad. » Elle se dégage de son emprise et se dirige vers la sortie. Il la retient par le bras, cette fois c’est lui qui semble ne rien comprendre. « S’il te plait, ne t’en vas pas. Je ne voulais pas.. - » Il ne termine pas sa phrase, ils savent l'un comme l'autre que c'est un mensonge, car ils en mourraient d'envie.  Il la supplie de ne pas partir, car lui aussi a besoin d’elle. Ils ont besoin de l’un de l’autre même si la terrible réalité les effraie. « Je suis désolée. » Elle dégage son bras et quitte la pièce de sa démarche princière, des larmes prêtes à couler long de ses joues. Ils l’avaient fait. Ils s’étaient embrassés et malgré les papillons qui s’emballaient dans son estomac, la chose n’en restait pas moins contre nature.
AND NOW I RISE - 2018



Dernière édition par Regina Anderssen le 26.10.18 19:25, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

— spoilt and rotten —
avatar
Regina Anderssen
— spoilt and rotten —
infos
more

— Messages : 659
— pseudo : ΛSH COVEN (MIA)
— avatar + © : PHOEBE TONKIN (@ULTRAVIOLENCES), ICE AND FIRE & BLACKTHORN&GREYWAREN (crackship), MACARON (img)

— âge : ( vingt-neuf ) années où on lui a bourré le crâne avec des idées malsaines. vingt-neuf années où elle n'a jamais été réellement elle-même. véritable pantin de son cher paternel, il l'a forgé à son image et il a complètement effacé la gamine innocente et naïve qu'elle était.
— statut civil : ( mariée ) à gendry anderssen. devenant indirectement princesse, regina s'avance sur l'échiquier géant en plaçant ses pions de manière stratégique. Le mariage a eu lieu lorsqu'ils avaient tous les deux vingt-trois ans, mais le plan qui visait à épouser ce jeune prince remonte a bien plus longtemps. déjà lors de leur scolarité, regina s'était amusée à séduire gendry sous les ordres de son paternel et le petit prince n'avait eu aucun mal à succomber aux charmes de celle qui voulait voir disparaitre les anderssen.
— allégeance : ( cercle des onyx ) héritière virmund, elle est devenue le bras droit de son paternel au sein du cercle. regina est bien plus qu'une simple confectionneuse de bijoux, elle est une talentueuse alchimiste qui occupait le poste de adjoint des alchimistes avant de devenir bras-droit.
— métier : ( ex tailleuse de pierre ) l'héritière marche sur les traces de ses ancêtres en devenant à son tour tailleuse de pierre et possédant sa propre boutique à aydindril dans la silver alley. boutique qui semble être un endroit normal où on vend des bijoux, mais qui est beaucoup plus que cela en realité. les trois gemmes, sa boutique de bijoux luxueux, possède une arrière boutique où elle exerce ses talents d'alchimistes hors-pairs en confectionnant des bombes. commerce illégal auquel elle se prête pour satisfaire ses fidèles clients désirant la mort de leurs ennemis.
— tell me your story :
( SOUL MATE )
i don't accepted my love.


☽✵☾

( HER HUSBAND, HER TROUBLEMAKER )
your full loyalty.



— points : 2013

GET TO KNOW ME MORE
TIMELINE:
INVENTAIRE:
RELATIONS:
— 02.09.18 1:13 —


— royal draconian rise —
aces which beats the king.
CHAPITRE 8 - MANOIR VIRMUND, AUTUMN COURT (20 YO)
Les talons de l’héritière claquent sur le sol du long couloir qu’elle traverse. Sans vraiment savoir où son frère se trouve, elle le cherche désespérément dans toutes les pièces du manoir de la cour d’automne. Quelques minutes plus tôt, son père lui confessait que Ervin s’apprêtait à partir pour commencer une formation chez les Scythes, sans même lui dire au revoir. Elle était consciente qu’ils n’avaient jamais été très proches, certes, mais si la situation avait été inversé, il aurait été inconcevable pour elle de franchir les portes de ce manoir sans adresser un mot à son frère cadet. Par mirable, elle croise une domestique et l’intercepte en la prenant par le bras. « Savez-vous où se trouve Ervin ? » Regina tente de rester calme, mais une once de panique est décelable dans sa voix. Par réflexe, la domestique s’incline avant de lui répondre qu’elle l’a aperçu dans la salle à manger il y a quelques minutes. Immédiatement, elle emprunte le chemin qui mène jusqu’à cette fameuse pièce pour y trouver son frère. Elle ne sait pas vraiment ce qu’elle lui dira, mais elle voulait à tout prix le voir une dernière fois avant son départ, qu’il souhaite la voir ou non. L’héritière entre dans le salon, la porte étant ouverte. Elle y découvre son frère, de dos, occupé à trier quelques affaires. « J’ai appris par notre père que tu quittais la maison pour entamer un apprentissage chez les Scythes. » Elle pince ses lèvres, partagée entre l’envie prendre dans ses bras un frère qui n’a jamais partagé son affection et l’envie de l’étriper. « Tu comptais vraiment partir sans dire au revoir à personne. Enfin je veux dire, à personne sauf à notre mère et Ellyn. » Elle attaque directement, car elle n’a jamais supporté la proximité qu’avait Ervin avec leur mère. Elle qui n’avait jamais été proche de cette dernière ne comprenait quel attrait elle pouvait avoir, ni pourquoi Ervin l’avait toujours repoussé. Il ne s’agissait pas d’un combat, au départ, mais dès qu’Ervin l’avait repoussé en montrant clairement sa préférence pour la matriarche de la famille, s’en était devenu un. Combat que sa sœur ainée perdait, à son plus grand désespoir. Elle savait qu’elle devait accepter le fait qu’il aime plus sa mère qu’elle et qu’il ne l’aimait peut-être pas vraiment d’ailleurs, mais elle continuait naïvement d’espérer. Son frère se tourne vers elle et daigne lui adresser un regard éloquent. Il fait mine d’être surpris, l’arrogant. « Ô mais que vois-je ? Serait-ce ma chère sœur adorée qui est venue me dire au revoir ? » L’humour et l’arrogance dont il faisait preuve avait toujours énervé Regina, surtout quand il ignorait ce qu’elle lui disait. Il avait le don si particulier de la mettre sur les nerfs dès qu’il ouvrait la bouche. « Il fallait bien que je le fasse, puisque tu n’avais visiblement pas l’intention de le faire. » Elle croise les bras sur sa poitrine, plongeant ses jades dans ses prunelles. A présent, elle était certaine qu’il ne serait jamais venu lui dire au revoir de lui-même et serait parti sans même lui adresse un traitre mot, ni même un regard. Inconsciemment, cette pensée fissure son palpitant déjà brisé à de maintes reprises par ce même frère. Un rire spontanné s’échappe des lippes de son frère face à cette remarque se voulait blessante. Visiblement, elle ne l’avait pas été, elle semblait même des plus amusantes. L’héritière reste stoïque, le menton levé et les épaules bien droites. « Je suppose que tu es ici contre le gré de Thomas ? Je suis surpris, chère sœur. Vois-tu, ce serait bien la première fois que tu lui désobéis. » Elle hausse les sourcils sans réellement être surprise qu’il ignore une nouvelle fois ses paroles. Sa mâchoire se crispe, et elle laisse échapper un long soupire avant de daigner répondre à l’homme arrogant qui lui fait face. « Cesses tes enfantillages, veux-tu ? J’étais venue te dire au revoir, je n’attendais rien de plus qu’un simple mot, qu’une simple étreinte, mais il faut croire que l’homme arrogant que tu es devenu est incapable d’éprouver des sentiments. » Si elle pouvait, elle lui cracherait à la figure. Pourquoi était-elle venue jusqu’ici dans l’espoir qu’il lui dirait simplement au revoir et qu’elle lui souhaiterait bonne chance, même si elle n’approuvait guère son départ chez les Scythes. « Depuis quand nous donnons nous des étreintes et depuis quand nous adressons nous la parole? Je suis scythe, je n'ai pas changé ma personnalité Regina, je ne pense pas t'avoir donné une raison de croire que je souhaitais encore avoir des liens avec toi ou cette famille. » Si ses traits exprimaient une quelconque colère quelques instants plus tôt, désormais son visage se décompose entièrement. La violence de ses mots la touche en plein cœur. Elle ouvre la bouche pour tenter de protester, mais aucun mot ne sort. Ses poings se serrent, elle tente de se contenir et refouler les larmes qui ne demandent qu’à couler. Des larmes d’une tristesse infinie, mais également des larmes de rages. Sa colère ne demande qu’à sortir face au manque de considération de ce frère qu’elle s’est pourtant efforcée de protéger tout le long de sa vie, même s’il la repoussait. « A qui la faute si nous ne nous adressons plus la parole ? Toute ta vie tu n’as fait que me repousser alors que j’essayais désespérément d’obtenir ton affection et d’être la sœur parfaite à tes yeux. Je t’ai aimé, Ervin, même si tu as toujours été arrogant et agressif dès que j’ouvrais la bouche. » Son palpitant s’accélère, car elle sait que les mots qui sortiront de sa bouche seront plus violent que la réalité. « Tu ne m’as jamais aimé, comme tu n’as jamais aimé aucun membre de cette famille, mis à part quelques exceptions à la règle. Tu veux que je te dise, pour une fois, nous allons être d’accord sur un point : Tu dégages et tu ne reviens jamais. » Elle déglutit, consciente que ses propres mots lui font plus de mal à elle qu’à lui. « Pas la peine de m’envoyer une de tes vannes arrogantes, la discussion est close. Adieu, Scythe. » Sur ses mots, elle quitte immédiatement la pièce de sa démarche gracieuse sans lui laisser le temps de protester. Ce n’est qu’une fois la porte refermée que sa main reste crispée sur la poignée. Elle se met à trembler, envahie par une émotion beaucoup trop intense et les larmes se mettent à coule. Elle venait de perdre Ervin a tout jamais.  

CHAPITRE 9 - LES TROIS GEMMES, JOAILLERIE, COUR DE GLACE. (26 YO)
Le bruit de cliquetis se fait entendre lorsqu’elle tourne la clef dans la serrure de la porte de sa propre boutique qui bientôt ne sera plus sienne. Quelques semaines plus tôt, son patriarche lui avait fait l’honneur de lui offrir le poste d’adjoint des alchimistes, poste qu’elle n’avait pas pu refuser. Confectionner des bombes et des objets explosifs, tout ce qui touchait aux réactions chimiques était une véritable passion pour elle et ce n’était pas parce qu’elle était devenue la femme d’un membre de la famille royale qu’elle allait abandonner sa passion. Elle avait gardé sa boutique, même avec les protestations de certains membres de la famille royale, lui disant que ce n’était pas nécessaire de travailler car son statut de femme d’un Anderssen était un travail à plein temps. Evidemment, la fierté de la Virmund en avait pris un coup. Elle refusait que les gens la considère comme étant la simple femme d’un Anderssen, elle voulait être plus que cela et ne pas perdre sa personnalité. Sa boutique de bijoux luxueux et le Cercle étaient tous ce qui la rattaché à son ancienne vie. Elle était passée du manoir Virmund sculpté dans la pierre au lumineux palais royal, des membres de sa famille qu’elle chérissait à des inconnus appartenant à la royauté. La princesse avait mis du temps à s’habituer, mais elle avait fini par se dire que c’était pour la bonne cause. Ainsi, elle mettait un pied dans l’échiquier géant en étant infiltré au palais royal. Regina n’était pas une espionne, mais elle avait des yeux et des oreilles partout. Dès qu’elle repèrerait la moindre petite faille, son père serait averti pour mener une attaque. Cependant, il fallait qu’elle fasse des sacrifices si elle voulait se consacrer pleinement à son nouveau poste au sein du Cercle alors elle avait décidé d’abandonner sa boutique. Dans quelques minutes, son successeur arriverait. Ellyn. Sa petite sœur et elle étaient très proches étant gamines, jusqu’à ce que Regina découvre le secret de Conrad et ne s’éloigne sans le vouloir de sa petite sœur. Elle devait cacher le secret de son grand frère, et le seul moyen qu’elle avait trouvé était de s’éloigner d’elle, même si la douleur était insupportable. Avec le temps, Ellyn lui en voulait toujours de s’être éloignée d’elle de la sorte, sans lui fournir aucune explication. Pourtant, la gamine avait confronté sa sœur de nombreuses fois pour recevoir des explications, mais Regina avait toujours évité la question. Elle était consciente qu’elle avait fait souffrir sa sœur, que ce qu’elle avait fait ne se réparerait pas en un claquement de doigts ou avec de simple excuse. C’était pour cela qu’elle avait été surprise lorsque son père lui avait dit qu’elle allait récupérer la boutique. Ellyn n’était plus vraiment proche du Cercle, elle semblait l’avoir oublié et vouloir se pavaner dans la Capitale à longueur de temps, alors pourquoi reprendre la boutique et ne pas se contenter de rester joaillère ? Méfiante, elle s’enfonçait dans l’arrière boutique pour y attendre celle qui lui succèderait, mais aussi pour mettre en ordre les poisons confectionnés par les Alkemi et les explosifs concoctés par ses soins. Ellyn finit par arriver avec quelques minutes de retard et sans prendre la peine de frapper, elle entrait dans l’arrière boutique et avant qu’elle n’ait le temps de dire quoique ce soit, Regina se lève de sa chaise, les bras croisés et l’air nonchalant. « Tu es en retard. » Ellyn lève les yeux au ciel, mais semble hésitante. Son air donne l’impression qu’elle ne sait pas quoi trouver comme excuse pour justifier ce retard, comme si elle tentait de dissimuler des informations. « Je sais, j’avais des choses à faire. » Bredouille-t-elle sans entrer dans les détails. La princesse ne relève pas, ne voulant créer une dispute. Elle voudrait que pour une fois, la conversation se termine bien. Elle aussi en voulait à sa petite sœur, car elle avait subitement quitté le Cercle pour se préoccuper de choses insignifiantes. Pourtant, Ellyn semblait impliqué jusqu’à présent, même si elle l’était moins que Regina. « Evidemment. Passons aux choses sérieuses, tu veux. » Elle s’avance au milieu de la pièce pour lui faire une visite éclaire du le commerce illégal qui a lieu dans cette boutique et pour lui remettre en tête certains détails. « Ici se trouve des poisons concoctés par des Alkemi, ainsi que des bombes que j’ai faites. Des adeptes du Cercle viennent ici pour s’en procurer de temps à autres, mais avant de leur donner ce qu’ils réclament, assures toi de leur loyauté. » Elle lui montre les étagères dissimulées contenant les poisons et les placards renfermant les bombes, puis lui adresse un regard pour s’arrurer qu’elle comprend ce qu’elle lui dit. Ellyn semble désintéressée, son esprit semble ailleurs. « Ellyn, ce que je dis est important. Si le commerce de poisons et de produits explosifs est découvert, nous risquons toutes les deux de perdre notre tête. Et ce n’est pas une métaphore. » Ellyn acquièsce, son comportement est toujours aussi étrange. Elle semble ailleurs, elle semble moins sur les nerfs que d’ordinaire lorsque Regina l’enguirlande, mais la princesse secoue la tête et l’entraine dans la boutique où se trouve les bijoux. « Comme tu le sais déjà, c’est la pièce principale. Il n’y a que des bijoux confectionnés par les Virmund ou par des employés qui travaillent pour nous. Ton travail sera de gérer les clients et de confectionner des bijoux avec le stock de pierres précieuses qui se trouve dans l’arrière boutique. Compris ? » La princesse hautaine lui donne des ordres non pas pour flatter son égo, mais par inquiétude. La dernière chose qu’elle souhaite, c’est que des hommes de la justice s’intéresse à sa boutique. Elle veut qu’Ellyn soit parfaite. « Hm, oui oui, j'ai tout enregistré. » Regina acquiesce, restant immobile quelques instants en essayant de se remémorer sa visite pour voir si elle a oublié quelques choses. « Bien, si tout est en ordre, je te laisse prendre tes marques en tant que nouvelle propriétaire. Je viendrais gérer la paperasse une fois par semaine, et j’apporterais des poisons et des bombes pour l’arrière boutique. Je viendrais surement chercher quelques onyx en prime. » Elle lui adresse un dernier regard, avant de se tourner vers la porte. « Ah oui, le double des clefs sont sous le comptoir. Bon courage Ellyn. » Sur ses mots, elle quitte la boutique qui est si chère à ses yeux pour la laisser aux mains de sa petite sœur. Malgré tout ce qu’elle a dit, elle sait que sa petite sœur sera à la hauteur, après tout, c’est une Virmund.


CHAPITRE 10 - BUREAU DE THOMAS VIRMUND, QG DU CERCLE DES ONYX. (27 YO)
Les murs de pierre du quartier général défilent sous ses yeux tandis qu’elle avance d’un pas déterminé jusqu’au bureau de son patriarche. Il l’avait fait expressément demandé. Un de leurs espions s’était manifestée au palais, frappant à sa porte avec une missive lui demandant de venir directement dans son bureau dès qu’elle pourrait s’éclipser. Inquiète, Regina avait immédiatement quitté le palais à dos yakul –elle avait tenu à emmener le sien avec elle à la cour de glace- et s’était rendu au manoir Virmund pour emprunter le sous-terrain qu’elle avait déjà maintes fois emprunté pour se rendre au quartier général du Cercle. Des idées incohérentes lui montèrent à la tête, imaginant des scénarios plus improbables les uns que les autres, mais surtout des scénarios effrayants. En arrivant dans le hall, elle avait été rassurée de constater que tout été normal. Personne ne semblait affolé, ni même particulièrement sur les nerfs. Cette vision l’avait rassuré, mais plus elle s’approchait de la porte ouvrant sur le bureau de Thomas, plus la nervosité la gagnait. Avant qu’elle n’ait le temps de frapper, son père la devance en ouvrant la porte. « Regina, te voilà. Je t’attendais, entre donc. » Il lui fait signe d’entrer et d’aller s’asseoir sur la chaise en face de la sienne, un bureau imposant les séparant. « Quel est l’objet de cette convocation, père ? Votre missive m’a inquiété, j’ai fais au plus vite. » Elle parcourt la distance qui la sépare de la chaise qui lui est destinée et vient s’asseoir avec grâce sur cette dernière. Son père ne dit rien, il se contente de sourire. Il contourne le bureau pour aller prendre place sur sa chaise sculptée dans la pierre, semblable un véritable trône. La princesse ne le quitte pas des yeux, ses jades toisant ardemment l’homme responsable de sa torpeur.  « Je t’ai convoqué pour te faire part d’une sombre nouvelle. » Son palpitant loupe un battement. La première à laquelle elle pense est Conrad. Ses sourcils se froncent, laissant transparaitre l’inquiétude qui la ronge. « Michael Rosenbach, ton oncle, a été glané par un Scythe hier soir. » Ses muscles crispés se détendent face à la nouvelle, même le fait d’apprendre que son oncle s’est fait glané l’attriste un peu. Elle n’était pas vraiment proche de lui, tout comme elle n’était pas vraiment proche de sa mère. Elle n’était que sa génitrice et les membres de famille Rosenbach dont elle était originaire n’avaient jamais été très proches de Regina. Le fait qu’il devienne le bras droit de son père dans le Cercle n’était pas le fruit du hasard. C’était un roturier, et mettre un roturier à la place de bras droit ne faisait que renforcer les idées qu’il souhaitait imposer à ses adeptes. « Encore ces maudits Scythe. Heureusement qu’Ervin s’est enrôlé pour nous offrir l’immunité, il aura au moins fait une chose contribuant à la sécurité de notre famille. » Le visage de Thomas s’assombrit lorsqu’elle mentionne Ervin, tandis que celui de la princesse devient écarlate. La colère qu’elle ressent envers Ervin n’est pas passé et elle ne passera surement jamais. « Evitons de parler d’Ervin s’il te plait, je n’aime pas remémorer mes erreurs passées. » Néanmoins, Thomas semble de ressaisir et son visage s’illumine de nouveau dès qu’il repense au sujet qui l’a poussé à convoquer sa fille ainée. « Si je t’ai fais venir rapidement, c’était pour t’annoncer la nouvelle moi-même. Michael est mort et je n’ai plus de bras droit. Beaucoup d’adeptes sont venus me lécher les bottes dans l’espoir qu’il pourrait devenir bras droit, mais j’avais quelqu’un d’autre en tête. » Il s’arrête, ses yeux sombres la regardent avec insistance. Regina écarquille les yeux de surprise face à la demande muette de son paternel. Elle a le souffle coupé, elle ne sait pas quoi dire. « Et vous avez pensé à moi ? » Un large sourire vient se nicher sur les lippes de Thomas, ravie qu’elle comprenne le message.  « Evidemment. Je pense que tu es prête pour devenir mon bras droit. Tu peux refuser mon offre, même si je t’avoue que je serais très déçu. » Il hausse les sourcils, attendant la réponse de son ainée. Cette dernière n’hésite pas une seule seconde a accepter l’offre. Manifestant son enthousiasme, elle se lève de sa chaise pour contourner le bureau et le prendre dans ses bras. C’est le plus beau cadeau qu’il pouvait lui faire. « Bien sûr que j’accepte. Merci, père. » Il passe ses bras autour d’elle pour la serrer à son tour, puis met un terme à l’étreinte. Il est fier de sa fille, comme toujours. Elle est son pantin, sa marionnette sculptée à son image. Il aime se dire qu’ils sont identiques, car il s’est appliqué à ce qu’elle soit comme lui. « Je pense que ce Anderssen t’attend ? » Elle acquiesce. Evidemment qu’il l’attendait. Il s’évertuait à lui poser des questions auxquelles elle ne répondait jamais. « Oui, il m’attend. Je devrais y aller. A demain, père. » Elle lui adresse un dernier sourire en guise d’énième remerciement et elle sort de la pièce, le sourire aux lèvres. « Félicitations. » Les mots résonnent dans le couloir alors que la princesse s’apprêtaient à regagner la cage dorée qui lui sert de maison. Elle se retourne et ses jades croisent le regard sombre qu’elle connaît si bien. Conrad est appuyé sur le mur de pierre, les bras croisés et un sourire aux lèvres. « Merci. Je suppose que tu étais au courant ? » Il acquiesce. La princesse parcourt la distance qui les sépare, affichant une moue malicieuse. Il était forcément au courant, il était l’ombre de leur père. Toujours derrière lui, toujours dans les parages et au courant d’absolument tout. « Oui, il me l’a dis ce matin avant que tu arrives. Cette nouvelle m’a ravie, cela te fera un prétexte pour passer plus de temps ici. » Avec sa vie au palais, il est vrai que ses visites avaient été de moins en moins régulière, mais elle n’avait jamais négligé le Cercle. « Une excuse pour passer plus de temps avec toi, tu veux dire. Je doute que les occupations d’un bras droit te fascine autant. » Lance-t-elle en se rapprochant davantage de lui. Ils ne sont qu’à quelques centimètres l’un de l’autre et fort heureusement, personne n'est la pour remarquer leur complicité. « Si, figures toi que je me suis prise d’une passion soudaine pour les bras-droit depuis ce matin. » Il lui adresse un sourire moqueur et la princesse rit. Légèrement, elle frappe son bras avec son poing fermé, dans l’esprit de la plaisanterie. « Mais bien sûr. Dans ce cas, tu auras l’occasion de pouvoir voir un bras droit en pleine action demain après-midi. » Elle recule, se détachant de lui à contre cœur, mais elle n’a malheureusement pas le temps aujourd’hui. Elle avait promis à Gendry de le rejoindre en fin d’après-midi et elle ne pouvait pas faire attendre un prince. Evidemment, elle se retient d’en parler à Conrad, ne voulant pas qu’il sache qu’elle s’apprête à rejoindre celui qu'il qualifiait comme étant son prince. « A demain. » Souffle-t-elle en ignorant son irrésistible envie de l’embrasser, ses jades ancrées dans ses prunelles ombres. Elle mémorise ses traits, même si elle les connait déjà par coeur. « A demain. » Souffle-t-il à son tour avec une pointe de déception. Il ne la voyait plus beaucoup et même si elle passait sous silence certains détails de l'histoire, il savait qu'elle allait retrouver son prince. A contre coeur, elle fait demi tour pour reprendre son chemin et quitter les sous terrains en lui adressant un dernier regard éloquent.
AND NOW I RISE - 2018



Dernière édition par Regina Anderssen le 26.10.18 19:25, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

— spoilt and rotten —
avatar
Regina Anderssen
— spoilt and rotten —
infos
more

— Messages : 659
— pseudo : ΛSH COVEN (MIA)
— avatar + © : PHOEBE TONKIN (@ULTRAVIOLENCES), ICE AND FIRE & BLACKTHORN&GREYWAREN (crackship), MACARON (img)

— âge : ( vingt-neuf ) années où on lui a bourré le crâne avec des idées malsaines. vingt-neuf années où elle n'a jamais été réellement elle-même. véritable pantin de son cher paternel, il l'a forgé à son image et il a complètement effacé la gamine innocente et naïve qu'elle était.
— statut civil : ( mariée ) à gendry anderssen. devenant indirectement princesse, regina s'avance sur l'échiquier géant en plaçant ses pions de manière stratégique. Le mariage a eu lieu lorsqu'ils avaient tous les deux vingt-trois ans, mais le plan qui visait à épouser ce jeune prince remonte a bien plus longtemps. déjà lors de leur scolarité, regina s'était amusée à séduire gendry sous les ordres de son paternel et le petit prince n'avait eu aucun mal à succomber aux charmes de celle qui voulait voir disparaitre les anderssen.
— allégeance : ( cercle des onyx ) héritière virmund, elle est devenue le bras droit de son paternel au sein du cercle. regina est bien plus qu'une simple confectionneuse de bijoux, elle est une talentueuse alchimiste qui occupait le poste de adjoint des alchimistes avant de devenir bras-droit.
— métier : ( ex tailleuse de pierre ) l'héritière marche sur les traces de ses ancêtres en devenant à son tour tailleuse de pierre et possédant sa propre boutique à aydindril dans la silver alley. boutique qui semble être un endroit normal où on vend des bijoux, mais qui est beaucoup plus que cela en realité. les trois gemmes, sa boutique de bijoux luxueux, possède une arrière boutique où elle exerce ses talents d'alchimistes hors-pairs en confectionnant des bombes. commerce illégal auquel elle se prête pour satisfaire ses fidèles clients désirant la mort de leurs ennemis.
— tell me your story :
( SOUL MATE )
i don't accepted my love.


☽✵☾

( HER HUSBAND, HER TROUBLEMAKER )
your full loyalty.



— points : 2013

GET TO KNOW ME MORE
TIMELINE:
INVENTAIRE:
RELATIONS:
— 02.09.18 1:13 —

+4

VOILA DESOLEE G PRIS MES PRECAUTIONS CETTE FOIS


( HER FAMILY, HER PRIORITY )

VAN GOGH ET LA GUEUSE:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité
infos
more

— 02.09.18 14:28 —

SCUSE NOUS LA MEUF QUI FAIT 35000 CHAPITRES
Revenir en haut Aller en bas

— spoilt and rotten —
avatar
Regina Anderssen
— spoilt and rotten —
infos
more

— Messages : 659
— pseudo : ΛSH COVEN (MIA)
— avatar + © : PHOEBE TONKIN (@ULTRAVIOLENCES), ICE AND FIRE & BLACKTHORN&GREYWAREN (crackship), MACARON (img)

— âge : ( vingt-neuf ) années où on lui a bourré le crâne avec des idées malsaines. vingt-neuf années où elle n'a jamais été réellement elle-même. véritable pantin de son cher paternel, il l'a forgé à son image et il a complètement effacé la gamine innocente et naïve qu'elle était.
— statut civil : ( mariée ) à gendry anderssen. devenant indirectement princesse, regina s'avance sur l'échiquier géant en plaçant ses pions de manière stratégique. Le mariage a eu lieu lorsqu'ils avaient tous les deux vingt-trois ans, mais le plan qui visait à épouser ce jeune prince remonte a bien plus longtemps. déjà lors de leur scolarité, regina s'était amusée à séduire gendry sous les ordres de son paternel et le petit prince n'avait eu aucun mal à succomber aux charmes de celle qui voulait voir disparaitre les anderssen.
— allégeance : ( cercle des onyx ) héritière virmund, elle est devenue le bras droit de son paternel au sein du cercle. regina est bien plus qu'une simple confectionneuse de bijoux, elle est une talentueuse alchimiste qui occupait le poste de adjoint des alchimistes avant de devenir bras-droit.
— métier : ( ex tailleuse de pierre ) l'héritière marche sur les traces de ses ancêtres en devenant à son tour tailleuse de pierre et possédant sa propre boutique à aydindril dans la silver alley. boutique qui semble être un endroit normal où on vend des bijoux, mais qui est beaucoup plus que cela en realité. les trois gemmes, sa boutique de bijoux luxueux, possède une arrière boutique où elle exerce ses talents d'alchimistes hors-pairs en confectionnant des bombes. commerce illégal auquel elle se prête pour satisfaire ses fidèles clients désirant la mort de leurs ennemis.
— tell me your story :
( SOUL MATE )
i don't accepted my love.


☽✵☾

( HER HUSBAND, HER TROUBLEMAKER )
your full loyalty.



— points : 2013

GET TO KNOW ME MORE
TIMELINE:
INVENTAIRE:
RELATIONS:
— 02.09.18 15:27 —

Ellyn Virmund a écrit:
SCUSE NOUS LA MEUF QUI FAIT 35000 CHAPITRES

MAIS COMMENT ELLE ME JUGE CELLE LA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

— junior scythe —
avatar
Scythe Chopin
— junior scythe —
infos
more

— Messages : 182
— pseudo : ICE AND FIRE. AKA MANON.
— avatar + © : NOAH CENTINEO. (AV/@ODISTOLE)

— âge : ((VINGT-TROIS ANS)) ;; la jeunesse dans les traits, un comportement parfois encore juvénile, ervin n'est qu'âgé de vingt-trois ans, et pourtant il a déjà la Mort dans les yeux. terriblement infatué avec le glanage que son métier impose, il a à pas même un quart de siècle déjà ôté la vie d'une centaine de personnes ; il n'a pourtant jamais flanché, jamais été choqué, jamais refusé.
— statut civil : ((CELIBATAIRE)) ;; ervin n'a jamais réellement été habile quand il en venait à l'amour, ni à ses relations sociales extérieures. un garçon charmant, souriant en apparences mais terriblement effrayant lorsqu'il venait à montrer son vrai visage. il est célibataire, puisque les commandements scythe le lui imposent, mais il a déjà été amoureux une fois. une seule fois il a osé se plonger dans les yeux d'une nymphe, une seule fois auront suffi, puisqu'il ne voit, ne verra jamais plus qu'elle. tilda, son prénom résonne encore alors qu'il se souvient de la terrible chose qu'il a commise.
— allégeance : ((NOUVEAU ORDRE)) ;;
— métier : ((JUNIOR-SCYTHE)) ;;
— nom de naissance : ((ERVIN VIRMUND)) ;;
— disponibilité rp : (3/4) tilda, regina, ciri, ?.
— points : 558

GET TO KNOW ME MORE
TIMELINE:
INVENTAIRE:
RELATIONS:
— 18.09.18 18:44 —

ton fRERE PREFERE ET ADORE ET TOUT A FAIT PARFAIT EST LA


SCYTHE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

— drüskelle —
avatar
Lazar Bytchkov
— drüskelle —
infos
more

— Messages : 244
— pseudo : herondale (clara)
— avatar + © : seo kang joon + fayrell (avatar)

— âge : ( vingt-huit ) années remplies de certitudes. à se battre pour atteindre son but et à tenter de hisser sa famille aux plus hauts cieux. un souhait désormais presque exaucé qui se voit remettre en cause par un grain de sable dans son existence. un sourire qu'il ne parvient pas à oublier. un manque qui se fait ressentir de plus en plus.
— statut civil : ( fiancé ) à iseult beauchamps. information arrachée aux marieuses, avant même le concordium, par sa future promise. il a véritablement été abasourdi quand cette dernière est venue le lui apprendre.
— allégeance : ( bytchkov ) c'est aux siens que va sa loyauté, et bien plus encore à son oncle qu'il considère comme un père. lazar serait prêt à décrocher les étoiles pour sa famille. s'il est aussi fidèle à la couronne et aux drüskelles, son allégeance est bien moindre à côté de celle qu'il entretient envers les bytchkov.
— métier : ( drüskelle ) il se prédestinait à un autre emploi avant la réouverture de l'ordre des drüskelles par la reine. fort d'une jeunesse faites de beaux discours sur les drüskelles et de contes sur les grisha, il n'a pas hésité une seule seconde à passer les trois épreuves. il a honoré sa famille en parvenant au bout de la formation.
— points : 832

GET TO KNOW ME MORE
TIMELINE:
INVENTAIRE:
RELATIONS:
— 18.09.18 21:23 —

Ellyn Virmund a écrit:
SCUSE NOUS LA MEUF QUI FAIT 35000 CHAPITRES



en vrai j'ai jamais vu une fiche aussi longue t'as bien du courage
va falloir qu'on parle lien tho

encore bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

— drüskelle —
avatar
Iris Beauchamps
— drüskelle —
infos
more

— Messages : 190
— pseudo : STELLAR WITCH. , (ELIE).
— avatar + © : NINA DOBREV (@WILD HEART)

— âge : (twenty-nine yo) les années défilent, elles s'imbriquent et se saignent, scarifient le palpitant et la peau de la porcelaine. elle inspire, expire, souffle délicat d'un myocarde désireux de continuer à survivre.
— statut civil : (engaged) le palpitant saigne à flot, hémorragie qui s'échappe à chaque contraction du myocarde. elle est amoureuse de caleb hendry, grisha qu'elle a vendu à la couronne après avoir tué sa petite soeur. amour qui lui est désormais interdit. alors elle s'épanche d'affection dans les bras d'aleksei anderssen, dont le mariage avec lui sera célébré lors du prochain concordium.
— pouvoirs : (inferni), les flammes dansent dans ses yeux, volcan en eruption qui lui a donné le sein. les lippes crachent le feu, incendient et ravagent ce qui l'entoure. c'est une dragonne.
— allégeance : (always and forever) iseult, ivan, ilya. les triplés, tout comme ses deux autres petits frères sont la prunelle de ses yeux. son souffle continue d'exister pour eux, sa force ne lui sert qu'à les soutenir et ses manigances à les protéger. elle vibre pour eux, sur un rythme effréné qui causera peut-être sa perte.
— métier : (druskelle) coming soon.
— points : 592

GET TO KNOW ME MORE
TIMELINE:
INVENTAIRE:
RELATIONS:
— 20.09.18 13:15 —

ok, j'aime les longues lectures.
aurais-je le courage de lire cette fiche? idk. je crois que c'est de la folie.
je me suis encore perdu en venant, je mets toujours du temps tu sais, mais c'est pas de ma faute.
bref, tu sais déjà tout ce que je pense, je t'aime. I love you


PERFECTION IS NAMED AFTER ME, that's what cendre told me.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

— spoilt and rotten —
avatar
Regina Anderssen
— spoilt and rotten —
infos
more

— Messages : 659
— pseudo : ΛSH COVEN (MIA)
— avatar + © : PHOEBE TONKIN (@ULTRAVIOLENCES), ICE AND FIRE & BLACKTHORN&GREYWAREN (crackship), MACARON (img)

— âge : ( vingt-neuf ) années où on lui a bourré le crâne avec des idées malsaines. vingt-neuf années où elle n'a jamais été réellement elle-même. véritable pantin de son cher paternel, il l'a forgé à son image et il a complètement effacé la gamine innocente et naïve qu'elle était.
— statut civil : ( mariée ) à gendry anderssen. devenant indirectement princesse, regina s'avance sur l'échiquier géant en plaçant ses pions de manière stratégique. Le mariage a eu lieu lorsqu'ils avaient tous les deux vingt-trois ans, mais le plan qui visait à épouser ce jeune prince remonte a bien plus longtemps. déjà lors de leur scolarité, regina s'était amusée à séduire gendry sous les ordres de son paternel et le petit prince n'avait eu aucun mal à succomber aux charmes de celle qui voulait voir disparaitre les anderssen.
— allégeance : ( cercle des onyx ) héritière virmund, elle est devenue le bras droit de son paternel au sein du cercle. regina est bien plus qu'une simple confectionneuse de bijoux, elle est une talentueuse alchimiste qui occupait le poste de adjoint des alchimistes avant de devenir bras-droit.
— métier : ( ex tailleuse de pierre ) l'héritière marche sur les traces de ses ancêtres en devenant à son tour tailleuse de pierre et possédant sa propre boutique à aydindril dans la silver alley. boutique qui semble être un endroit normal où on vend des bijoux, mais qui est beaucoup plus que cela en realité. les trois gemmes, sa boutique de bijoux luxueux, possède une arrière boutique où elle exerce ses talents d'alchimistes hors-pairs en confectionnant des bombes. commerce illégal auquel elle se prête pour satisfaire ses fidèles clients désirant la mort de leurs ennemis.
— tell me your story :
( SOUL MATE )
i don't accepted my love.


☽✵☾

( HER HUSBAND, HER TROUBLEMAKER )
your full loyalty.



— points : 2013

GET TO KNOW ME MORE
TIMELINE:
INVENTAIRE:
RELATIONS:
— 26.09.18 17:37 —

AH.



VOILA LA CAVALERIE.    ENFIN   .
@Scythe Chopin a écrit:
ton fRERE PREFERE ET ADORE ET TOUT A FAIT PARFAIT EST LA

préféré, préféré, c'est vite dit.
et c'est uniquement de la faute de ervin non mais, sa majesté (t'as vu je le cite en plus What a Face) se prend pour le roi du monde là. et en plus il veut pas de son affection, non mais on rêve éveillé.
(merci chat. I love you I love you)

@Lazar Bytchkov a écrit:
Ellyn Virmund a écrit:
SCUSE NOUS LA MEUF QUI FAIT 35000 CHAPITRES



en vrai j'ai jamais vu une fiche aussi longue t'as bien du courage
va falloir qu'on parle lien tho

encore bienvenue I love you

mais en vrai, c'est la fiche la plus longue de ma vie.
et ouaip, va falloir qu'on parle d'un lien.
merci clara.

@Iris Beauchamps a écrit:
ok, j'aime les longues lectures.
aurais-je le courage de lire cette fiche? idk. je crois que c'est de la folie.
je me suis encore perdu en venant, je mets toujours du temps tu sais, mais c'est pas de ma faute.
bref, tu sais déjà tout ce que je pense, je t'aime. I love you


jpp de toi.
j'te jure, le poudlard express est pourtant facile à trouver.  

t'as intérêt à la lire wsh. je rigole ofc, du moment qu'on fait notre rp à l'ouverture, je suis okay pour TOUT.
ily too.

ps: ce message est pas du même genre que l'autre, mais je l'aime tout autant. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
infos
more

— —

Revenir en haut Aller en bas
 
give me the crown (regina)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Crown of Glory EE
» Crown of Glory Emperor's Edition
» Crown of Roses
» [Joute] Théon roi ?
» ☆La culture des noeuds☆

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AND NOW I RISE :: — REACH FOR THE SKIES — :: RITE OF PASSAGE :: FICHES VALIDÉES-
Sauter vers: