AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 
v o l c a n o h e a r t // a l e r i e
Aller en bas 

— newbie —
avatar
Alerie Casterly
— newbie —
infos
more

— Messages : 4
— pseudo : clioperona.
— avatar + © : gigi hadid ; Sarasvati.
g o l d e n g o d d e s s.
— âge : v i n g t q u a t r e a n s // et bientôt ce sera le premier quart de cent ans. Les souvenirs ne regorgent plus réellement ; mais néanmoins, il avance avec prudence. Les années s'éffritent comme ses membres.
— statut civil : b a g u e a u d o i g h t // elle ne pouvait pas refuser, elle ne pouvait pas faire honte à sa famille. Aujourd'hui épouse d'un homme qui lui été inconnu dont elle sait tout.
— pouvoirs : s q u a l l e r // maître de l'air, navire sans flotte dans le vent. Entreprise dangereuse de géré sa banale vie et un pouvoir qui est l'inverse de la banalité.
— allégeance : a m o s m a s o k a // maître de son palais, allégeance dans sa direction et seulement la sienne bien qu'elle ce dirige en direction d'ingrid comme le roi du crépuscule.
— métier : g e s t i o n n a i r e d u p a l a i s // pouvoir entre ses mains, oreille curieuse qui écoute les miasmes sonores à travers les portes pour raconter les ragots de la cour et lancer des rumeurs.
— localisation : a n d r a k a r // dans la bibliothèque de la capitale du crépuscule avec comme seul objet entre ses mains un livre d'histoire.
— disponibilité rp : les mains disponibles pour rédiger un texte.
— points : 23

GET TO KNOW ME MORE
TIMELINE:
INVENTAIRE:
RELATIONS:
— 01.12.18 22:58 —


— alerie casterly

Dwell on the beauty
                        of life
                                     
Watch the stars,
             and see youself running with them.
     
PRENOM, NOM - C'est un murmure qui virevolte jusqu'à ses oreilles pour entendre ses trois syllabes pleines de dorures Alerie une tinte au cœur. Prénom issu d'une ancienne matriarche, il claque sur la langue lorsqu'on le crie pour faire dresser des mondes qui n'ont jamais exister. Alerie c'est la couche de douceur personnifié sous une rage théâtral. Un prénom si doux qu'il devient berceuse au creux de l'oreille qu'on prononce à mi-mot pour éviter de faire disparaître le mirage. Alerie la féminité endommagée. Dieux d'un temps ancien, seigneurs des pierres dorées les Casterly de la vulgarité faite d'or couronné de quelques gouttes de gloire et d'honneur. Ils auraient pu être glorieux, roi d'un nouveau continent, ils auraient pu gravir les échelons mais ils ont empreintés le chemin inverse jusqu'à devenir un rocher. Mais la Casterly s'évertue à faire grandir la réputation des lions. Les cieux les ont maudits mais c'est un secret aux yeux de la couronne pour garder une position de velours que beaucoup revendique. AGE - Les années ont dévalés sa peau semblable à un ricochet qui ne s'arrête plus. Elle s'accommode des cendres qui s'entassent sur ses pulpes. Volcan en éruption depuis vingt-quatre coulées de lave qui la déchire d'un rouge flamboyant qui ensanglante sa peau. Tout aurait pu être long et pénible. Tout aurait pu avoir un goût d'amertume, mais ses cernes violacées témoigne de sa vie trépidante. Sa chair argentée se voit peu à peu marquer par l'halo des affres du temps. Une danse macabre, un bras de fer avec sa condition de grisha et la réputation de sa famille dans la banalité du monde. DATE ET LIEU DE NAISSANCE - Les râles du désespoir d'une mère fatiguée de mettre au monde pour la troisième fois. Une mère dans l'attente d'une délivrance qui mettra fin à toutes ses souffrances. Et quand enfin le divin ciel décide d'entendre ses prières, un poupin est placé contre la chaleur et la transpiration de sa poitrine. La chaleur d'un 01/07 vient remplir la pièce d'un nouveau soleil dans une cour d'obscurité. Les cris de l'enfant s’entremêlent aussitôt avec les rafales du vent et les rayons de soleil se cognant contre les fenêtres de la demeure située à Andrakar capitale de la beauté. Andrakar s'était éclairée de cette couleur dans un manteau de rayon solaire. STATUT - Il est d'adage de fiancer les filles de bonnes familles et elle n'est pas une exception. Bague au doigt, elle n'était pas prête à offrir son cœur meurtrie et pourtant elle est tomber dans ses bras à lui de force. Un choix qui n'était pas le sien et pourtant elle c'est attaché à lui, l'homme qui partage sa vie avec qui elle ne fait plus qu'un. METIER - Tenue illuminatrices, une tête forte traînées par deux chignons sévèrement pressés. La reine, le temps et l'espace, la puissance et le contrôle. L'élégance si bien qu'on la définie comme en étant-là Ministre, une chimère d'un rôle qui n'existe pas mais qu'elle s'évertue à travailler, car elle en est l'incarnation. Dans la réalité elle est Gestionnaire du Palais d'Andrakar une mage funèbre de la gestion, une génie au cerveau épuisé. Un esprit clair pour prendre un charge le palais des Masoka. Une place importante, elle est l'oreille de sa famille dans une cour fréquentée par des diplomates venus des quatre coins de Thormar. Déesse d'un palais qui n'est pas le sien. POUVOIR - Un don brutal et grossier pour ses mains trop fines squaller. L'odeur du vent et de fleur s'attarde devant ses narines. Fille du vent, douce muse qui ne fait qu'un avec cet élément céleste. Elle ne l'apprécie pas forcément ce cadeau divin, mais elle fait avec. De la pulpe de ses doigts elle fait pivoter le vent, un exercice comme les autres pendants ses nombreuses heures d'entraînement avant de maîtriser et peaufiner son pouvoir pour finalement le caché aux yeux du monde. ALLEGEANCE - Son allégeance va essentiellement au détenteur du crépuscule Amos Masoka, celui même qui la choisis pour devenir la gestionnaire du palais. Et jamais la poupée de chiffon n'abdiquera et ne changera son allégeance. Les Masoka sont les seuls et uniques personnes qu'elles respectent à Thormar. Toutefois sa fidélité à l'instar des Masoka va également à la Reine Ingrid. Elle suit chaque choix de son maître pour lui montrer sa fidélité. LIEU DE LOCALISATION - Là où elle a vue le jour, et le verra s'éteindre Andrakar plus précisément dans la bibliothèque à la recherche de nouveaux ouvrages à lire. CREDITS ET AVATARS - gigi hadid. @sarasvati.
CARACTERE - Charismatique ; Imprévisible ; Sanguine ; Cultivée ; Tenace ; Curieuse ; Stratège ; Calculatrice ; Ambitieuse ; Brutale ; Manipulatrice ; Orgueilleuse ; Rancunière ; Possessif ; Combatif ; Méprisante ; Libre ; Franche ; Rêveuse.
— WHO ARE YOU REALLY ? —
QUESTION 1 - QUEL EST LE POINT DE VUE DE VOTRE PERSONNAGE SUR LA RESISTANCE GRISHA ? Une alliance éduquée à la haine si jeune est déjà on essaie d'engrainer son esprit maculé de rancunes à s'en revêtir de plus encore. Ouvertement elle en est craintive et s’en tient éloignée. La révolution n'est pas la bonne solution, il faut trouver une voie pacifique à une paix durable. Les mouvements rebelles l'inquiètent et elle redoute l'influence de la résistance et de ses adaptes sur un conflit à venir. Alors elle forme des plans de secours, des échappatoires à l'insu de son père essayant de trouver un moyen pour examiner toutes les pièces de l’échiquier, l’une part l’autre. Elle sent que le moment approche et qu'il sera bientôt tant de revenir sur le devant de la scène.

QUESTION 2 - COMMENT VIT VOTRE PERSONNAGE SA CONDITION DE GRISHA ? Comment est-il possible de prendre cette malédiction comme un cadeau divin ? Elle aurait aimé ne pas être une grisha, sa vie aurait été plus simple. Elle doit vivre avec ce poids qui écrase son cœur et son esprit, elle n'a pas d'autre choix que de l'accepter et le dissimuler. Elle danse comme une flamme dans le vent. Elle semble à la fois se fondre dans l'air tout en étant aussi éloignée qu'elle pourrait l'être. Une éternelle contradiction, celle du vent contraire. Aujourd'hui elle ne peut pas s'imaginer vivre sans cette malédiction, elle fait partie d'elle est bien qu'elle la rejeter autrefois elle s'en amuse aujourd'hui. Il n'y a pas de passe-droit, elle devra mourir en grisha endiamanter.

QUESTION 3 - COMMENT SE POSITIONNE VOTRE PERSONNAGE PAR RAPPORT A LA PURETÉ DES GRISHA ? Il n'y a aucune différence entre un grisha pure et un grisha hormis qu'elle maîtrise bien mieux son pouvoir qu'un batard. C'est la seule différence de les différencier mais physiquement il n'y en a aucune. Les propagandistes d'une race pure et d'une race impure ne ce rende pas compte qu'il divise l'armée. C'est bénéfique pour elle qui prône la paix quand les autres prônent la violence. Malgré tout elle ce satisfait de sa condition de grisha pure et c'est la seule chose qui l'intéresse.
ANECDOTE 1 - Alerie est une entière contradiction, une manifestation de l’absurde, l’égérie de la déraison. Son éducation bourgeoise et ses bonnes manières sont à l’antipode de la femme qu’elle est devenue aujourd’hui. Pour ainsi dire, elle n’hésitera pas une seconde à contredire quelqu’un si elle n’est pas d’accord avec ses propos, ou tout simplement si elle n’aime pas la personne, sans considérer une seule seconde ses paroles. Elle est atteinte d’une sorte de nonchalance qui la met en détachement quasi-total par rapport à tout ce qui l’entoure : il faut ruser pour attirer son attention, sinon elle se délaisse de ceux qui tentent de l’approcher et les rejette comme le ferait un nouveau-né avec un jouet trop usité. Mais si on pique sa curiosité, elle est prête à tout faire pour satisfaire son vilain défaut. ANECDOTE 2 - Elle endosse les rôles, change de masques suivant les personnes qu’elle côtoie et la chaleur qu’ils lui renvoient. Elle n’hésitera pas à mentir pour s’inventer un passé et mieux embobiner ses interlocuteurs. Elle s’amuse des êtres qui croisent sa route, fascinée par l’humain et ses viscérales profondeurs. Simplement motivée par l’amusement, elle fera tout pour chasser l’ennui qu’elle a trop longtemps côtoyé ses premières années. Mais ceux qui ne lui inspirent ni chaud ni froid ne connaîtront que son hautain dédain et n’auront aucune chance de gouter à sa langue de serpent. Alerie, elle n'a plus vraiment de morale pour la guider. ANECDOTE 3 - Elle se joue des autres mais il arrive qu’elle s’attache à eux. Toujours aussi superficielle, elle sera néanmoins une bonne amie, porteuse de conseils et rassurante. Elle répugne trop se dévoiler mais elle écouterait à volonté les complaintes des autres. Si elle prend trop à cœur le problème d’un ami, il se peut qu’elle décide d’intervenir d’elle-même pour régler les soucis. Fière de sa force qu'elle puisse dans son mental elle n’hésite pas à en user pour faire valoir ses idées. ANECDOTE 4 - Sa conception du bien et du mal est tangible et tourne principalement autour de sa personne et du plaisir qu’elle récupérera au final. Elle attend presque toujours quelque chose à obtenir en s’intéressant à quelqu’un, et au gré de ses expériences personnelles, elle a réussi à bien saisir les différents types de personnes qu’elle pourrait rencontrer et surtout la façon de les combler, ce qu’elle s’évertuera à faire faussement pour obtenir ce qu’elle désire. Alerie, elle est maligne et sait manipuler les gens. ANECDOTE 5 - Elle est malgré ses défauts tombée sous le charme d’un garçon devenu son époux et face à lui, a perdu toute sa force de caractère. Elle méprisait l’amour et les hommes, et ce fut un travail laborieux que de reconnaître qu’elle fut frappée par la passion envers lui, et lentement, ce désir la transforma en une femme plus docile, ouvrant d’avantage l’oreille à ce qui se passait autour d’elle. Le pire, selon elle, c’est qu’elle ne l’expliquait absolument pas – elle trouvait des défauts à cet homme, elle n’était pas forcément d’accord avec tout ce qu’il avançait, mais l’adoration totale qui la prenait en sa présence faisait qu’elle se laissait choir dans le sens qu'il voulait qu’elle prenne. ANECDOTE 6 - Elle parle beaucoup. Elle râle, reproche, juge, descend, elle a cette façon de rabaisser sans proposer, sans se sentir aussi, pour le seul bon plaisir de se défouler. Alerie ne se sent pas supérieure, et n’espère pas prouver quoi que ce soit ou arranger les choses lorsqu’elle parle en mal de vos actes. Non, elle reste stoïque, et c’est avec la plus grande cruauté du monde qu’elle soulignera vos erreurs, comme des évidences, parce qu’elle est indifférente devant la plus grande difficulté du monde pour autant qu’elle s’oppose à ses désirs. ANECDOTE 7 - Alerie, elle est vide ; elle cherche son chemin, une façon de se sentir vivre, d’apprécier son existence dans son entièreté. Fondamentalement, elle n’est pas mauvaise, et ne cherche pas à faire du mal aux autres. Elle veut juste vivre sa vie, trouver un moyen de, non pas croquer sa vie à pleine dents, mais d’en apprécier la saveur autant que possible. Elle cherche son intérêt dans le bien comme dans le mal. Son mariage lui donne l'envie de sourire et de continuer sa vie sur une route dorée. ANECDOTE 8 - Malsaine, oui, car elle n’aura aucune hésitation, aucun remord à trahir, comploter, agir de travers, hors de toute norme, échappant à toute règle - elle ne s’engage qu’à suivre les siennes, elle et sa conscience. Elle et sa conscience qu’elle a déjà piétinée. Alerie n’a pas de limite, pas de code de normes, sinon de faire tout pour elle, pour elle et elle seule - parce qu’elle sait que chaque personne qu’elle trouvera s’en ira. Elle sait que chaque lien sera brisé un jour, pour une raison ou pour une autre, qu’elle perdra, au bout du compte, tous ces proches sur qui elle a misé. Alors, elle ne fait plus confiance. Elle n’essaie plus, pour ne plus avoir à perdre. Elle reste elle-même, seule, à l’écart, pas heureuse - mais elle échappe au moins au malheur. Parce qu’elle en a peur, et, qu’à défaut de chercher la joie, elle veut au moins vivre convenablement. Vivre, oui, c’est tout ce qu’elle demande.
— WHAT ABOUT THE REAL you ? —
PSEUDO - clioperona. AGE - un fossile croulant. PAYS - celui de mariane. COMMENT AS-TU DECOUVERT LE FORUM? - l'encyclopédie des forums. AVIS SUR LE FORUM - ce magnifique design m'a fait céder, voilà, la bise. LE GIF QUI REPRESENTE LE MIEUX TON PERSONNAGE -
Spoiler:
 
AND NOW I RISE - 2018



Dernière édition par Alerie Casterly le 02.12.18 19:40, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

— newbie —
avatar
Alerie Casterly
— newbie —
infos
more

— Messages : 4
— pseudo : clioperona.
— avatar + © : gigi hadid ; Sarasvati.
g o l d e n g o d d e s s.
— âge : v i n g t q u a t r e a n s // et bientôt ce sera le premier quart de cent ans. Les souvenirs ne regorgent plus réellement ; mais néanmoins, il avance avec prudence. Les années s'éffritent comme ses membres.
— statut civil : b a g u e a u d o i g h t // elle ne pouvait pas refuser, elle ne pouvait pas faire honte à sa famille. Aujourd'hui épouse d'un homme qui lui été inconnu dont elle sait tout.
— pouvoirs : s q u a l l e r // maître de l'air, navire sans flotte dans le vent. Entreprise dangereuse de géré sa banale vie et un pouvoir qui est l'inverse de la banalité.
— allégeance : a m o s m a s o k a // maître de son palais, allégeance dans sa direction et seulement la sienne bien qu'elle ce dirige en direction d'ingrid comme le roi du crépuscule.
— métier : g e s t i o n n a i r e d u p a l a i s // pouvoir entre ses mains, oreille curieuse qui écoute les miasmes sonores à travers les portes pour raconter les ragots de la cour et lancer des rumeurs.
— localisation : a n d r a k a r // dans la bibliothèque de la capitale du crépuscule avec comme seul objet entre ses mains un livre d'histoire.
— disponibilité rp : les mains disponibles pour rédiger un texte.
— points : 23

GET TO KNOW ME MORE
TIMELINE:
INVENTAIRE:
RELATIONS:
— 01.12.18 23:05 —


— coeur de feu et  d'or
Worry does not
                                take away tomorrow's toubles.
It takes away
today's peace.

chapter one
I see fire, blood in the breezeif
we should die tonight then we should all die together


Elle marchait, délicatement, sur la pointe des pieds; glissant sur le sol rêche sans même en ressentir les aspérités contre sa peau d’albâtre. Elle tendait l'oreille, attentive à tous les bruits qui l'entourait et qui pouvaient, ou non, cacher ou révéler sa présence ici. Elle bravait l'interdit maternel, encore, juste une fois de plus, comme elle se le répétait... La lune vint alors refléter ses rayons d'argent sur les prunelles azurées de la petite demoiselle vagabonde, alors qu'elle passait devant une grande fenêtre donnant sur la cour. L'astre fantomatique était haut dans le ciel, d'un noir aussi profond que l'encre même, et alors que la voyageuse posait les yeux sur le halo translucide de la mariée oubliée du soleil, un profond frisson lui parcouru l'échine... Prise d'une panique soudaine, elle se mit à courir droit devant elle; sa destination étant connue depuis le départ de sa transgressante escapade nocturne. Le doux ronflement d'un feu vint à elle, alors que la demoiselle arrivait près de lourds battants de bois massifs; près desquels elle ralentit le pas, se posant fébrilement contre eux pour recueillir leur douce fraîcheur. Une voix grave et suave récitait des mots qu'elle ne comprenait pas, mais le ton neutre et lancinant la berçait déjà tandis qu'elle glissait à terre, rapprochant ses genoux de sa poitrine et les entourant de ses bras menus, puis doucement, alors que sa tête reposait sur ses rotules soumises à l'épreuve, ses paupières se fermèrent... Elle ne voulait pas les rouvrir, rester là à écouter, à être bercée... Mais quelqu'un en décida autrement, soulevant du sol froid son corps assoupi. Franchement Alerie, il y a d'autres manières pour nous de passer un moment ensemble,enfin; tu sais qu'il suffit de me le demander. L'accusée esquissa un vague sourire, profitant de l'occasion pour se cramponner plus encore au torse vaillant contre lequel elle était à présent blottie. Un rire doux s'éleva alors, qui s'enfuit dans le silence de la nuit, seulement perturbé par le claquement des bottes épaisses. Après plusieurs minutes d'une intimité partagée dans un soupir du temps, une porte s'ouvrit à nouveau sur une chambre d'enfant, vidée de son trésor. Finalement, le preux chevalier de la sorgue déposa son précieux butin au creux des draps défait, s'asseyant à son tour précautionneusement, n'osant surement salir la pureté du linge. La petite princesse ouvrit un œil sur le visage tendrement souriant de son père qui en profita pour ranger une mèche folle qui barrait le visage juvénile de sa cadette. Je ne dirais rien à ta mère... Promis. Maintenant dors bien, ma fille. S'inclinant, il vint déposer un baiser sur le front d'Alerie, qui s'endormit profondément, alors que la porte se refermait sur la silhouette paternelle.


chapter two
save your happiness, for tomorrow
today we'll drown in your tears


Mordant fermement dans un linge humide que tenait Jasper; elle fixait de ses yeux ébahis l'entaille profonde qui barrait à présent son avant-bras, observant, fascinée, la liquide vermeille qui s'en écoulait sans heurt. La sang battait à ses tempes, tant et si bien qu'elle n'entendait même plus ses deux premiers frères aînés se disputer un peu plus loin dans un coin de la pièce. Assis tout près d'elle, Jasper, cadet de la famille des lions; tenait entre ses doigts la main valide de sa benjamine. Son regard affolé passait de la blessure béante ancrée dans la chair d'Alerie à la querelle fraternelle qui l’agaçait au plus haut point derrière lui. Je pensais qu'elle pourrait parer ce coup facilement ! Enfin Robb ! C'est moi qui lui enseigne l'escrime mais tout de même; elle n'est pas aussi experte que nous ! Et tu ne pouvais pas me prévenir avant, hein Ed' ? Mais ne sois pas buté, je n'aurais jamais pensé que tu serais sérieux en lui proposant un duel ! Le précepteur des Casterly s'approchait de la jeune fille, laissant les deux lions se chamailler sur un accident qui aurait put arriver à n'importe lequel d'entre eux mais qui s'était finalement abattu sur la petite dernière; et alors qu'il avançait son vieux siège bancal pour s'y asseoir, il déposait sur ses genoux une aiguille et du fil qui arrachèrent un déglutissement sonore de la gorge du faon. Ses doigts s'entrelacèrent plus encore à ceux de sa cadette qui ne détachait son regard de la préparation des ustensiles qui allait bientôt transpercer sa chair pour mieux la rapiécer. Alerie ? Ça va aller... ? Cette simple parole, prononcée d'une voix inquiète et tremblante, réussit à arracher la jeune fille de sa torpeur sanguinolente; et lorsqu'elle darda ses pupilles bleutées vers le reste de sa fratrie; elle découvrit les traits tendus et blêmes de Jasper, les articulations blanchit des mains de Robb qui enserraient un pan de la veste d'Edric dont un haussement de sourcils inquisiteur semblait attendre la réponse à la question posée, qui avait simplement, suspendu le temps dans la pièce. Les lèvres de l'accusée s'entrouvrirent, puis se fermèrent, se mouvèrent à nouveau et, alors que ses épaules retombèrent à l'unisson de sa bouche qui se clôt une fois encore; la voix du mestre s'éleva pour un bref discours monotone. Je suis prêt; à votre tour Lady Alerie. Sans attendre d'objection, ni aucune réfutation; la blessée eut tout juste le temps de ceindre plus fermement de sa main valide celle de son frère jointe à la sienne et d'étouffer un juron trivial, que le vieil homme fit glisser l'épine de fer dans les chairs déjà mises à mal et douloureuses. Aucune larme ne vint souiller le visage concentré de la jeune lady, calée contre le gabarit frêle de Jasper qui semblait sur le point de défaillir à sa place; et sur ses épaules, agenouillés derrière elle, chacun des aînés la soutenait de part leur réconfortante présence. Elle était une Casterly, au même titre que ses frères; une femme peut-être mais le sang ne faisait pas de distinction de sexe lorsque l'honneur était en jeu. Aussi, alors que le précepteur arrivait enfin à bout de sa précaire chirurgie en la finalisant d'un nœud habile; la convalescente laissa s'échapper un profond soupir, qu'à l'unisson, ses frères lâchèrent juste après elle. Et alors que la conversation reprenait d'un ton plus jovial, une voix perçante vint déchirer la voile de enjouement qui venait de s'installer. Robb ! Edric ! Jasper ! Alerie ! A peine eurent-ils le temps de s'échanger des regards désespérés, que la porte s'ouvrit dans un claquement sur la haute silhouette longiligne de la génitrice de cette belle fratrie; dont un rapide coup d’œil affolé suffit à la faire avancer auprès de sa benjamine tout en psalmodiant un sermon que personne ne semblait écouter. Dans l'encadrement de la porte, se tenait finalement la dernière personne de cette famille; et alors qu'il couvait la vivace assemblée d'une œillade à la fois consternée et amusée; son sourire béat laisser transparaître, à qui le voyait, l'amour inconditionnel qui unissait la fratrie Casterly.


chapter three
i hope that you'll remember me
we should all die together


Vacillante et tremblante, la jeune femme était rassurée d'avoir son père près d'elle au Concordium; les bras entrelacés, sa large main caleuse posée contre la sienne qu'elle sentait moite et atone. Ses jambes ne la tenaient presque plus, aussi versatile qu'un ouvrage de simple confection, tandis que l'assurance dont faisait preuve le grand lion l'énervait au plus haut point. Vendue, voilà l'oeuvre de Tywin à l'encontre de sa seule et unique fille, de sa cadette; qui apparemment ne valait guère mieux qu'une monnaie d'échange. Vendue aux marieuses pour perpétuer les traditions. Pourtant elle savait au fond qu'un jour elle serait envoyée au loin de sa famille, loin de ses terres, loin de son cocon d'enfance qui l'avait bercé de douces illusions, de bravoure et de fierté, cette année fut longue, loin d'eux et l'idée de les quittés définitivement lui détruit de plus en plus le cœur. Mais au final, elle était une membre de la maison Casterly, une femme de la maisonnée, qui porterait bientôt un tout autre patronyme. Et alors que l'ombre navrait son visage d’albâtre, elle darda son regard sur les traits réjouit de son paternel qui lui irradiait de superbe, l'orgueil d'une telle union le faisant resplendir, contrastant de toute sa profondeur avec la beauté froide qui émanait à présent de sa fille. Et alors qu'elle allait lancer une pique cinglante à l'encontre de son marchandeur paternel, son prochain futur apparu. La masse informe de la foule amassée la cloua sur place, faisant battre son cœur à tout rompre, tandis qu'elle retrouvait pour son malheur, face à elle, celui qui dorénavant prendrait soin d'elle, celui qu'elle appellerait "son époux". D'abord simple silhouette auréolée d'une chevelure de feu, plus elle se rapprochait de la fatalité, il avait toute son attention. Enfin, les quelques marches la séparant de l'union arrivèrent et, délaissant la subtile étreinte paternel qui s'évanouit dans un ultime baiser qu'il lui adressa sur son front brûlant. Elle n'entendait pas la voix du prêtre, sa calquant simplement sur les mouvements qu'il chorégraphiait pour se prononcer. Par ce baiser, je vous engage mon amour et vous prends pour mon seigneur époux. Un premier pas vers un futur incertain... Par ce baiser, je vous engage mon amour et vous prends pour ma dame épouse. Un avenir indécis... En ces lieux, au regard des dieux et des hommes, je déclare solennellement que ser Torrhen Hoare et lady Alerie Casterly sont mari et femme, une seule chair, un seul cœur, une seule âme, à présent et pour jamais, et maudit soit qui se mettrait entre eux. Dès lors, silence pesant s'installa dans l'esprit de la nouvelle épousée qui ne semblait plus réagir à la liesse des invités qui commencèrent à s'agiter à l'approche du décisif baiser; simple et chaste contact qui fit courir un profond frisson le long de son échine. Elle ne sentait plus rien, ne ressentait plus, ne réagissait plus, ce baiser clôturer l'année passé l'un avec l'autre, ce baiser lui annoncer une nouvelle vie.. Le manteau déposé sur ses épaules eut tout juste l'air d'une plume que le vent aurait guidé sur elle, tandis que le rouge et le bleu d'une postérité prochaine recouvraient à présent le jaune et le noir de son passé envolé... L'essaim de nobles qui vinrent les féliciter ne la terrifiait nullement; tant de vœux de bonheur, de chance, de fertilité et de bénédictions qui glissèrent sur elle comme les gouttes d'un faible orage; tant de sourires et de paroles politesses qu'elle rendit par habitude et éducation sans saisir le sens des conversations qu'elle tenait. La journée ne semblait pas vouloir avancer, tant le banquet lui sembla interminable. N'avait-elle pas droit à un instant de répit? Un simple moment de solitude pour épancher tout ce qu'elle contenait au fond de sa poitrine? Sourire, rire, toujours bien paraître; l'exercice était facile, bien qu'assise et maintenant reliée à un inconnu... Un vrombissement assourdissant eut finalement raison de la transe dans laquelle était plongée la jeune femme; se rendant compte que son mari venait de se faire happer par une nuée de femmes en furie et qu'un troupeau d'hommes imbibés d'alcool s'en prenait à son cas. Elle suivit le flot des seigneurs qui l'embarquait vers la chambre nuptiale; encaissant les phrases grivoises, les remarques salaces, les critiques obscènes tandis que son corps se découvrait nettement. La patience n'était pas une vertu chez les Casterly, mais celle dont elle réussit à faire preuve l'étonna intérieurement. A son plus grand soulagement, la porte finale se dessina enfin alors que la dernière couche de vêtement s'exposait aux regards affamés des lord et ser qui sifflèrent et chantèrent à l'avènement de la prochaine vision du corps nu de la jeune femme. aucun d'eux n'aurait put prévoir le caractère revêche de la mariée qui, tandis qu'un sourire carnassier étirait ses lèvres, lança quelques attaques vengeresses du poing sur ses compagnons d'infortunes et alors qu'ils ricanèrent de cette attitude peu féminine, elle darda sur eux un regard glacial. Je n'ai plus besoin de vous messeigneurs; je saurais rejoindre le shéol de l'innocence moi-même. Tournant les talons, elle s'engouffra dans la chambre, laissant pantoise l'assemblée masculine qui, une fois les battants refermés, se reprit à rire du tempérament de feu de la jeune femme... Le calme salvateur qui régnait dans la chambre fit tendrement sourire la jeune femme, et le silence salutaire faisait taire les palpitations assourdissantes de son cœur cognant dans sa poitrine. La lune, haute dans le ciel, faisait danser dans la pièce des ombres fantomatiques qui découpèrent délicatement une silhouette aux yeux de la jeune femme, encore toute éblouie du faste de la soirée. Il semblerait que les femmes se soient appliquées pour votre cérémonie du coucher, Ser Hoare. Un sourire compatissant vint doucement éclairer le visage jusqu'alors fermé de la mariée; qui découvrait son époux dans son plus simple appareil, une intense coloration pourpre comme unique masque. Assis sur un immense lit aux draps immaculés, il tendit la main vers elle, invitation tacite à l'acte finale qui scellerait à jamais cette journée comme le début de leur vie commune. Le délicat voilage tomba au sol sans un bruit, dévoilant les courbes encore vierges de toucher de la jeune femme au regard de son époux. Ils se découvraient au travers de leurs mains tremblantes, s'apprivoisaient sous leurs doigts explorateurs; l'ignorance et la maladresse dont ils firent preuve laissa fébrilement place à la considération et à la naïveté d'une première fois sans heurt; qui se termina simplement, côte à côte, leurs doigts entremêlés; comme ils le seraient dorénavant... Et tandis que leur respiration brisaient le linceul de mystère qui planait dans la pièce, il vint murmurer à son oreille de sa voix suave... — Je suis peut-être votre époux, contraint et forcé; peut-être me détesterez-vous pour cette union; mais je vous en prie... Alerie... Appelez moi Torrhen... J'en ai marre de vous attendre m'appelez ainsi depuis une année..


chapter four
no queen anymore
the end of master flames


Elle battit soudain des paupières, prise de panique, le palpitant lancé dans une course poignante, une douleur lancinante lui barrant le dos comme si une lance venait de s'y loger; les ténèbres environnant la troublant quelques brefs instants alors qu'elle se redressait lentement. Une nuit sans lune avait plongé la pièce dans une torpeur inquiétante que, seule, la faible lueur d'une bougie à l'agonie venait troubler. Le regard azuré de la jeune femme vagabonda sur les murs qui l'entourait, ne reconnaissant pas les lieux de prime abord, son esprit encore embué des souvenirs qu'elle venait de se remémorer... Puis enfin, les secondes s'écoulant, elle reprenait pied dans la réalité; alors que ses mains captaient une présence glaciale dans leur étreinte. Baissant les yeux sur la peau marmoréenne du corps assoupi au creux d'un lit sommaire, tout lui revint à l'esprit et des larmes amères coulèrent alors sur sa peau de porcelaine. La douleur... L'effroi... L'horreur... Le chagrin... L'attente... Le sang... Elle retrouvait l'affreuse sensation qui assaillait ses entrailles et empoignait sa poitrine, alors qu'elle couvait du regard le visage serein de son époux assoupi. Il avait voulu guerroyer... Il lui avait été rendu; blessé, déchiré, écorché, à vif... A peine le temps d'entendre son souffle; de poser les mains sur lui pour s'assurer qu'il vivait, que le sang vermeil de son mari avait entaché sa croyance de la bonne fortune. Elle l'aimait, plus que tout; mais son amour et ses prières n'avaient pas suffit à le protéger... Alors... Tandis qu'endormi, il passait sous le jugement des cieux; elle restait près de lui, tenant sa main, tenant sa vie, retenant son amour... La poitrine du rebelle se soulevant à un rythme régulier termina de rassurer l'épouse affligée qu'elle était depuis son retour. Soupirante, elle rapprocha la main de son aimé de son visage, l'embrassa, la caressa du bout des doigts; puis la reposant contre son corps inerte, elle fit le tour du lit pour s'asseoir près de lui. Reviens-moi Torrhen, je t'en supplie... Il y à tant de choses qu'ils nous restent à faire... Écartant quelques mèches d'un auburn profond du visage impassible de son époux, Alerie vint fiévreusement déposer un baiser sur ses lèvres pâles; telle une ultime prière pour son rétablissement prochain. Et tandis qu'elle se glissait contre lui, la tête au creux de son épaule; une main chancelante vint se joindre à la sienne, comme la réponse à toute son ardente passion...
AND NOW I RISE - 2018



Dernière édition par Alerie Casterly le 04.12.18 13:10, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

— spoilt and rotten —
avatar
Horus Jaafari
— spoilt and rotten —
infos
more

— Messages : 135
— pseudo : solaris. (cam)
— avatar + © : le fauve aux yeux noirs : oscar isaac. (dandelion).

— âge : (TRENTE-CINQ ANS) la débauche a vieilli son teint basané et l'a rendu presque grisâtre ; c'est le visage d'un homme qui veut vivre pleinement, un gatsby le magnifique.
— statut civil : (MARIÉ) la corde au cou depuis une courte année, assez pour vivre un véritable bagne, la haine fusant entre mari et femme, s'il n'y a jamais eu d'amour il n'y a plus que presque désirs d'homicide.
— allégeance : (JAAFARI) la famille et ses intérêts avant tout, le brun se sert d'abord lui-même et la jolie fortune qui s'accumule depuis des décennies, bien que les joyaux de la couronne attirent toujours ses yeux de pie.
— métier : (PROPRIÉTAIRE ET GÊRANT DE L'ÉTOILE DU SOIR) de jolies poupées qu'il vend aux dingues et aux paumés avec un sourire tendrement dévoué.
— tell me your story :

— disponibilité rp : 5/5. (nephtys, briavel, michail, echo, yoncé)
— points : 113

GET TO KNOW ME MORE
TIMELINE:
INVENTAIRE:
RELATIONS:
— 01.12.18 23:09 —

ce profil si vide, c'est une vraie torture. mais ce personnage promet tellement, hâte d'en savoir plus.
bienvenue parmi nous bella.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

— newbie —
avatar
Kaz Gao
— newbie —
infos
more

— Messages : 16
— pseudo : ICE AND FIRE. (MANON)
— avatar + © : DO KYUNGSOO. (AV/@FAYRELL)

— âge : vingt-sept ans, ucucuc
— statut civil : marié, ucucucuc
— allégeance : bancale, ucucucuc
— métier : médecin/chirurgien, ucucc
— localisation : the autumn court, ucucucuc
— points : 46
— 01.12.18 23:45 —

shook de cette aesthetic

C MAGNIFIQUE
ET GIGI

bienvenue et bon courage pour ta fiche. I love you
hâte de pouvoir en lire plus mais le début ainsi que les infos dans le profil
sont
w o w


LET ME LIVE
or let me die
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

— human like you —
avatar
Diamantina Gao
— human like you —
infos
more

— Messages : 55
— pseudo : MΛ☾ΛЯON (ou Macaron).
— avatar + © : Taylor Lashae + ©sharkloé.

— âge : ( 2 6 a n n é e s ) qui se repaissent de ta carne, ruisselant le long de cet opalin épiderme. porcelaine immaculée agrémentant le sulfureux exsudé de tes esquisses.
— statut civil : La ( l i b e r t é ) qui irradie au creux de tes reins, le myocarde pulsant au gré de ces ardeurs masculines vivaces de suavité s'éprenant de cette grâce cascadant le long de tes courbes. Ton ( a l l i a n c e ) destinée à enlacer ton annulaire n'est point exhibée, les épousailles avec kaz nullement enjolivées d'une passionnelle idylle. Elles suintent de la chasteté d'un platonisme, vos palpitants libres de s'enticher du véritable élu.
— allégeance : Les ( s u l t a n a ) égayés de manigances, sournoiserie aveuglant les existences. bourgeoisie recelante d'inavouables secrets et aliénée de ses indélébiles méfaits.
— métier : ( S t y l i s t e ) arborant ces féeriques phalanges cavalant le long de ces accoutrements forgés de ta sensibilité artistique. Époustouflants costumes et robes conquérant la noblesse et la bourgeoisie de leur attrayante splendeur. Luxueux épars textiles agrémentés de subtiles accessoires, crépitants d'une fervente renommée à travers thormar, auréolés des triviales fascinations de ces existences balafrées d'une outrageuse fortune.
— localisation : La ( s p r i n g c o u r t ), exubérante de ses innombrables florales sublimations, caressées de la rayonnante pétulance solaire.
— tell me your story :
☽ Macabre idylle ☾
☆☆☆ 'cause baby you're a firework. i'm gonna make you mine 'til the end of the time. ☆☆☆


— disponibilité rp : 0/1 ( i n d i s p o n i b l e ).
— points : 204

GET TO KNOW ME MORE
TIMELINE:
INVENTAIRE:
RELATIONS:
— 01.12.18 23:59 —

GIGI Elle est tellement belle Cet aest & cette plume olalala Bienvenue


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

— etherealki —
avatar
Lan Fa
— etherealki —
infos
more

— Messages : 152
— pseudo : jadisse (jade)
— avatar + © : pia cruz ( tweek & VOCIVUS & siren charms & skate vibe)

— âge : ( vingt-deux ) grains de sablier, une poussière pour les humains déjà montagne pour une grisha. Et pourtant sous ses traits durs et ses cicatrices Lan elle est encore enfant, avec les émotions qui débordent de partout et le regard en désarroi qui demande pourquoi.
— statut civil : ( célibataire ) ( parce qu'elle choisit la liberté, toujours ) - à trop hisser de murs on crée des landes de solitude. Et Lan tout son corps s'enflamme de passion mais c'est encore jamais pour quelque fille ou garçon, la tête trop butée vers d'autres projets et les poings trop sur la défensive. Lan elle dit pas qu'elle a la peur qui dresse des armées autour de son cœur mais que ça le laisse en manque de chaleur. Mais peut-être qu'un jour ça viendra, en son temps
— pouvoirs : Le vent de la liberté qui hurle dans ses poumons, les tempêtes dans ses veines et les orages dans sa tête : tout son sang vibre quand elle utilise ses pouvoirs de ( Squaller ). Cette puissance qui est sienne fait sa fierté, lui fait lever le menton et regarder de haut ceux qui ne sont pas à sa hauteur, et chaque jour de plus où elle doit le cacher ne fait que gronder sa rage plus fort.
— allégeance : ( Elle-même ) Impétueuse et libre comme les bourrasques qu'elle touche du bout des doigts, Lan se dit sans attaches et se refuse de plier le genou pour qui que ce soit. Et c'est leur échine à eux qu'elle fera courber s'il le fait. Mais petite Lan tu ne vois pas que seule tes combats sont bien vains ? au fond de ton cœur c'est ta ( famille ) que tu veux protéger, et pour tous les ( grishas ) que tu veux te soulever
— métier : vagabonde, quand la monnaie vient à manquer elle se fait tantôt chasseuse de primes ou contrebandière, et parfois même lutteuse dans les sous-sols d'auberges douteuses. la criminalité est pas chère payée si c'est pour éviter de retourner se cacher parmi les humains. et elle s'accroche à son idéal de liberté pour oublier que sans attaches elle est perdue, et que se révolter seule c'est comme s'enfermer dans l'impuissance.
— localisation : ( En cavale ), quand son cœur était déboussolé elle a suivi le nord, qu'importe le danger. Et dans le vent glacial des montagnes elle se trouve une force nouvelle, comme revigorée d'être enfin dans son élément. Elle tient pas en place Lan, ya que son cœur et la liberté qui la guident et elle s'est jamais sentie aussi elle. Et c'est vers la ( cour d'automne ) qu'elle s'attarde, mais elle même ne sait pas quand elle lèvera l'encre.
— disponibilité rp : DISPO
— points : 391

GET TO KNOW ME MORE
TIMELINE:
INVENTAIRE:
RELATIONS:
— 02.12.18 0:22 —

quelle jolie plume l'aes est aussi super beau et le personnage promet, surtout avec la belle gigi, hâte de lire la suite bon courage et bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

— corporalki —
avatar
Alix Oakenwall
— corporalki —
infos
more

— Messages : 165
— pseudo : bunny
— avatar + © : cody christian + alysandre

— âge : vingt deux ans
— statut civil : célibataire
— pouvoirs : healer
— allégeance : membre de la résistance des grisha
— métier : passeur d'objets en tout genre
— disponibilité rp : disponible (1/3)
— points : 858

GET TO KNOW ME MORE
TIMELINE:
INVENTAIRE:
RELATIONS:
— 02.12.18 13:25 —

Bienvenue sur le forum :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

— spoilt and rotten —
avatar
Darius N'Tchalla
— spoilt and rotten —
infos
more

— Messages : 148
— pseudo : Lizelandre
— avatar + © : Chance Perdomo @Kane (avatar et gif) VOCIVUS (gif)
I wrote your name with my blood
— âge : 22 été depuis sa naissance une matinée étouffante et ensoleillée, vingt deux années qu'il poursuit les idéaux de la famille et les ordres du père tout en paresse et en oisiveté.
— statut civil : Fiancé. Le concordium a choisi et dans son ironie monstrueuse lui a attribué la cousine de l'être véritablement aimé. Du devoir ou de l'amour; il ne sait que choisir, même s'il sent bien qu'au final il n'aura pas le choix
— pouvoirs : Les seuls pouvoirs dont il peut se targuer sont ceux de l'odeur cuivrée de l'argent, et de sa langue aussi acérée qu'éloquente
— allégeance : l'argent, sans lequel il ne pourrait vivre. La famille aux liens inébranlables. Les Anderssen bien que le doute s'insinue dans l'esprit du brun
— métier : sous les conseils du patriarche, Darius voyage avec son oncle de cour en cour et participe à la face montrée de l'iceberg, la générosité dont la famille fait preuve pour masquer adroitement le luxe de leur vie réelle
— localisation : Amaranthe S'il avait su que derrière la froideur de cette ville se cachait une femme capable de réchauffer son coeur
— tell me your story : The more a man man have
The more he wants

What are you if not made for me ?

— disponibilité rp : 0/4
— points : 660

GET TO KNOW ME MORE
TIMELINE:
INVENTAIRE:
RELATIONS:
— 03.12.18 14:04 —

Bienvenue avec une belle plume et ce beau visage !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

— drüskelle —
avatar
Antosha Bytchkov
— drüskelle —
infos
more

— Messages : 286
— pseudo : .YESTERDAY - ANAÏS
— avatar + © : IRONS, © PERLMAN

— âge : {VINGT-NEUF ANS} - la trentaine approche à grands pas, ce tournant irréversible dans une vie paraît-il. Moment crucial, moment charnière. Malgré les secondes qui s'égrènent, le Bytchkov ne fait pourtant pas vraiment grand cas de son âge, s'contentant d'avancer dans la vie selon ses désirs.
— statut civil : {CÉLI-BÂTARD} - il n'veut pas d'attaches, l'amour ça ne sert à rien qu'a s'affaiblir volontairement ; puisque, au fond, on ne peut compter que sur soi-même. Il préfère s'imprégner des courbes féminines sans s'y laisser réellement prendre. Nombreuses sont celles qui ont désiré le faire flancher, lui faire courber l'échine face à leurs charmes. Une seule a réussi à ébranler ses certitudes et ses barrières, mais il ne l'admet pas, drapé dans son âcre fierté. De toute façon, c'est perdu d'avance.
— allégeance : {LUI-MÊME} - si y'a bien une chose que son père lui ait appris : c'est qu'on ne peut faire confiance à personne d'autre qu'à soi-même. Et bien qu'officiellement sa loyauté va à celui qui l'a recueilli et à l'ordre des Drüskelles, Antosha est surtout dévoué à sa propre survie.
— métier : {DRÜSKELLE} - métier pour lequel il a été formé en secret dans son adolescence. Philosophie de vie sanguinaire qu'il se targue de maîtriser sur le bout des doigts mais qui en réalité lui sied bien moins qu'il ne veut l'admettre.
— tell me your story :

t h e ∞ f u n e r a l



I'm coming up only to hold you under

I'm coming up only to show you wrong
And to know you is hard, we wonder

To know you, all wrong we were

— disponibilité rp : 00/04 : Iseult, Lazar, Kiyoko, Alfhildr. - C O M P L E T .
— points : 653

GET TO KNOW ME MORE
TIMELINE:
INVENTAIRE:
RELATIONS:
— 03.12.18 22:07 —

omg j'viens de me rendre compte que je n'étais pas encore passée par ici.
HONTE SUR MOI.

Bienvenue sur ANIR.
Bon courage pour la fin de ta fiche.


    only human after all.
    don't put your blame on me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

— drüskelle —
avatar
Antosha Bytchkov
— drüskelle —
infos
more

— Messages : 286
— pseudo : .YESTERDAY - ANAÏS
— avatar + © : IRONS, © PERLMAN

— âge : {VINGT-NEUF ANS} - la trentaine approche à grands pas, ce tournant irréversible dans une vie paraît-il. Moment crucial, moment charnière. Malgré les secondes qui s'égrènent, le Bytchkov ne fait pourtant pas vraiment grand cas de son âge, s'contentant d'avancer dans la vie selon ses désirs.
— statut civil : {CÉLI-BÂTARD} - il n'veut pas d'attaches, l'amour ça ne sert à rien qu'a s'affaiblir volontairement ; puisque, au fond, on ne peut compter que sur soi-même. Il préfère s'imprégner des courbes féminines sans s'y laisser réellement prendre. Nombreuses sont celles qui ont désiré le faire flancher, lui faire courber l'échine face à leurs charmes. Une seule a réussi à ébranler ses certitudes et ses barrières, mais il ne l'admet pas, drapé dans son âcre fierté. De toute façon, c'est perdu d'avance.
— allégeance : {LUI-MÊME} - si y'a bien une chose que son père lui ait appris : c'est qu'on ne peut faire confiance à personne d'autre qu'à soi-même. Et bien qu'officiellement sa loyauté va à celui qui l'a recueilli et à l'ordre des Drüskelles, Antosha est surtout dévoué à sa propre survie.
— métier : {DRÜSKELLE} - métier pour lequel il a été formé en secret dans son adolescence. Philosophie de vie sanguinaire qu'il se targue de maîtriser sur le bout des doigts mais qui en réalité lui sied bien moins qu'il ne veut l'admettre.
— tell me your story :

t h e ∞ f u n e r a l



I'm coming up only to hold you under

I'm coming up only to show you wrong
And to know you is hard, we wonder

To know you, all wrong we were

— disponibilité rp : 00/04 : Iseult, Lazar, Kiyoko, Alfhildr. - C O M P L E T .
— points : 653

GET TO KNOW ME MORE
TIMELINE:
INVENTAIRE:
RELATIONS:
— 11.12.18 14:49 —

Coucou

Le temps imparti pour finir ta fiche est terminé. Si nous n'avons pas de nouvelles de toi d'ici deux jours, ton compte sera supprimé. C'est dommage.


    only human after all.
    don't put your blame on me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
infos
more

— —

Revenir en haut Aller en bas
 
v o l c a n o h e a r t // a l e r i e
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AND NOW I RISE :: — REACH FOR THE SKIES — :: RITE OF PASSAGE :: FICHES EN DANGER-
Sauter vers: