AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 
WE WERE ALWAYS MADE TO LEAVE BLOOD STAINS ON EVERYTHING WE TOUCH.
Aller en bas 

— etherealki —
avatar
Dolores Moretti
— etherealki —
infos
more

— Messages : 68
— pseudo : SLYTHERNS / EVE.
— avatar + © : TURNER, kawaiinekoj & MΛ☾ΛЯON

— âge : VINGT-TROIS ANS.
— statut civil : FIANCÉE.
— pouvoirs : SQUALLER.
— allégeance : RESISTANCE / MORETTI.
— métier : SKULL.
— tell me your story :
— points : 344
— 10.11.18 16:13 —

[ WE WERE ALWAYS MADE TO LEAVE BLOOD STAINS ON EVERYTHING WE TOUCH.  ]
pas qui mènent jusqu'au bout du monde, qui s'y essaient, si seulement ils pouvaient atteindre le rebord   ;   s'y jeter, s'y laisser tomber, les nuées qu'on ne dégringole que de désespoir. et sans doute est-elle là-bas, harlow. dans une fin qui ne s'écrit pas, dans un trou béant, comme une plaie dans la terre, sang chaud comme de la lave qui s'écoule et avale et détruit. si seulement. si seulement il suffisait de creuser pour la trouver, ses jolis yeux clairs et ses sourires poudrières. cœur dévasté, après son départ, cœur champ de mines qui fait mine de ne rien voir, puis juste ça : un coeur qui bat.  

quand elle annonce sa sortie, personne ne bronche : ça hoche la tête un instant, un peu trop facilement, parce qu'on veut le monstre hors des terres grisha, on veut la maison hantée sans son fantôme   --   dolly qui le traîne partout avec elle, comme un boulet, comme une chaîne parce qu'elle ne sait pas comment le laisser. ombre dans son dos comme un couteau planté   --   trahison nouvelle d'un passé auquel on se rattache constamment.

et dans sa bouche, les mots font lois : pourquoi lui refuser quand on sait qu'elle ne veut que cela. la poursuite de la vengeance, horrible poison pompé par des battements fatigués. après tout l'enfant ne connait que cela, l'envie immonde de la mort sur les lèvres, sang séché d'un corps massacré pour payer le prix du crime commis, blessures multiples qui rappellent la vie qu'on arrache si facilement, cris qui emplissent les oreilles pour faire oublier les murmures d'harlow au creux de ses oreilles. les je t'aime qui s'égarent, les promesses qui s'effritent, les mensonges qu'on souffle pour garantir la colère, les souvenirs qu'on jette à la pelle parce que le temps ne garde rien, si ce n'est le malheur. peur qui creuse sa tombe à l'intérieur de sa poitrine et la laisse sans défense : pas de cachette pour les lâches ; hache du destin qui menace sa gorge, guillotine barbare contre laquelle elle ne peut rien, si ce n'est la fuite   --   course infernale contre les caprices des moires.

elle s'y est essayée longtemps   --   près d'un an, maintenant. le masque d'indifférence rongé par les cris terrifiés des nuits sans fins, quand les tremblements qui animent le cœur ne sont qu'un simulacre de battements ; le masque d'absence qui ne tiendra que le temps de l'ignorance.

et ça se joue   --   ça se joue des gens, des situations, des peut-êtres. tout n'est qu'un affreux jeu de carte où elle ne gagne plus rien, sinon de vieux souvenirs délavés. les pas qui ne mènent à rien, sinon à lui. la fuite d'un lieu de souvenirs qui mènent à son présent. parce qu'avant le bout du monde, il y a les autres, ceux qu'elle refuse de voir, ceux qu'elle ignore, ceux qu'elle a tant enfouis sous la colère qu'elle ne se souvient plus de leurs visages.

sauf lui. bien sûr qu'elle se souvient ; bien sûr qu'elle ne le veut pas, bien sûr qu'elle a essayé de tout oublier. et pourtant, les pas mènent à un passé révolu, terrible dessein d'un corps dont elle ignore toute les motivations. elle ne souhaite pas le voir, maintenant qu'il a le masque des coupables. elle ne peut plus le fixer, maintenant qu'elle le sait impur, qu'elle le sait erreur, qu'elle le sait faillible. --  traître en devenir. mais il n'empêche : la silhouette passée de l'ami surplombe l'ombre de la haine viscérale qu'elle éprouve pour ceux de sa race et ses pas mènent à cendre, visage inconnu dans la nuée de souvenirs parce que le temps vole tout   --   même la familiarité à quelqu'un à qui on aurait sans nul doute offert sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

— drüskelle —
avatar
Cendre Beauchamps
— drüskelle —
infos
more

— Messages : 401
— pseudo : MΛ☾ΛЯON (ou Macaron).
— avatar + © : Paris Brosnan + © dandelion

— âge : Ta carne est mutilée de ( 2 0 a n n é e s ) à déambuler parmi les terres écorchées des conflits, les étendards fiévreusement brandis, les vestiges d'une utopique paix accablés des sombres desseins.
— statut civil : Tes arabesques sont écrouées de ces répugnantes ( f i a n ç a i l l e s ), accablement insufflé de cette alliance étreignant les Beauchamps et les Jafaari. Indécentes manigances suintantes d'hypocrisie destinées à assouvir d'obscurs desseins tandis que ton palpitant écorché à vif de cette âpre réalité pulse à l'agonie à l'égard de la ( r é s i s t a n c e ). Une acrimonie insufflée de l'absolu des marieuses, estampillée d'une unique appellation, ( N e p h t y s ) qui jaillit amèrement d'entre tes lippes.
— pouvoirs : Les organes qui s'essoufflent, estropiés de tes désirs, opprimés de ces maux que tu leur infliges, ployant âprement sous l'ardeur de ce pouvoir qui flamboie au creux de ta pulpe. ( H e a r t r e n d e r ) qui châtie de son crépitant fiel.
— allégeance : La ( r é s i s t a n c e ) en pleine ébullition et ce rutilant carmin de ( G r i s h a ) ruisselant au coeur d'innombrables existences.
— métier : ( S h a d o w ) qui se pavane discrètement à travers les foules agglutinées du camp royal. Dangerosité enrobée de ce fallacieux charme d'où écument galanterie et bienséances qui affriolent les myocardes.
— tell me your story :
☽ Ashes ☾
☆☆☆ he'll set you on fire, burning you into ashes. fierce torture with this flaming pain that will make you desire death ☆☆☆



☽ Family ☾
☆☆☆ beauchamps will rise to the throne, devastating everything. drenched in power, we'll make them bow, sinking them to hell. no mercy for our enemies, blood will be spilled everywhere. beware of us ☆☆☆



☽ Monster ☾
☆☆☆ do you really think that your god can save you from a monster like me ? i'll hunt you down until you collapse and beg me to let you live, you, little dust on my path ☆☆☆


— disponibilité rp : 0/7 ( i n d i s p o n i b l e ).
— points : 1295

GET TO KNOW ME MORE
TIMELINE:
INVENTAIRE:
RELATIONS:
— 13.11.18 1:59 —



blood stains
You told me you needed a perfect guy. That'll make your parents proud. 'Cause you still ain't found him yet. 'Cause we're still missing a round. And now you watch me put in all this work. Just to say it won't work out. You never took me seriously. Now what the hell is that about ?
Innombrables étaient ces existences de grisha cruellement trépassées de la pulpe de tes morbides phalanges s'adonnant à gangréner tes onirismes de fervents cauchemars. Acrimonies aux myriades d'âpretés, certaines essoufflées de l'ardeur si cautérisante de quelques rares comparses. Souffreteuses et indélébiles affres à l'instar de la perte si déchirante d'Harlow. Un angélisme ayant auréolé ton enfance de sa présence si galvanisante. Une amie d'antan funestement étiolée de la noirceur des desseins de cette existence criminelle t'ébouillantant les entrailles d'une horrifique férocité. Acariâtre vitalité dont tu jouirais indécemment des assourdissants hurlements lorsque la flamboyance de la torture l'accablerait. Monstrueux châtiment qui flagellerait son crime de son insoutenable virulence.

Te voilà à déambuler à travers l'obscurité de la court gelée. Esotérique créature que tu es qui semble s'épanouir à travers le noirâtre inondant les allées reculées. Monstre se repaissant avidement des abîmes, s'épanouissant parmi les abysses assombries, les traits de ton faciès déliés de cette esquisse autrefois aliénante et frivole d'un répugnant éclat pourtant suintant de mirages. Illusions aliénant ces ridicules pantins que tu balafrais de cette bienséance t'entravant bien trop amèrement les tripes désireuses de les enrober des fléaux exsudés de ta colère. Et il y avait cet espoir de bientôt te délecter de leurs carnes muées en expiateurs martyrs se fracassant ferventement au creux de tes reins. Pernicieux élans embrasés de tes vengeresses ardeurs qui se heurtèrent à d'inattendues retrouvailles.

La belle parée de cette lactescente soie capillaire qui s'était régulièrement pavanée au gré de la brise tandis que tes arabesques avaient à peine engorgé les rangs de la résistance. Dolores aux perles azurées qui avait accueilli ton essence déjà corrodée d'amertume de sa truculente bonté. Ton visage s'incendia de plénitude malgré la pénombre savourant tes courbes, incapable d'assujettir cette béatitude flamboyant le long de ta faciale pulpe. Des retrouvailles qui ne semblaient cependant nullement éveiller l'enchantement de la jeune femme, ton intuition hurlant presque à l'agonie que ses désirs de s'abreuver de ta proximité après tant de semaines d'écartèlement de vos silhouettes, se faisaient fuyards, s'entichant de sinueuses escapades destinées à t'éviter. Outrage qui ornementa tes lippes d'un rictus légèrement teinté de rancoeur.    

Bonsoir Dolly. Combien de mois se sont déjà écoulés depuis que je suis parti en mission d'espionnage ? Je ne les ai même plus comptés tellement cette époque me semble si lointaine. J'ai l'impression d'être le seul de nous deux à me réjouir de nos retrouvailles, ose me contredire ...

Ose me blâmer d'un trépas dont je ne suis même pas l'instigateur ... Provocation ourlée de véracité qui ne ruissela guère d'entre tes lippes, savamment tapie dans l'ombre, patientant sans aucun doute le moment propice pour lui jaillir bestialement au faciès. Ta conscience ne pouvait omettre cette rage qui flamboyait peut-être déjà au creux de chacune des rutilantes racines constellant son corium, si crépitante qu'elle était apte à flageller quelconque grisha impur de son effusif fiel, leur carmin terni de cette similaire souillure humaine arborée de la criminelle existence.

Tes iris luisant d'une incandescente lueur de défiance s'enlisèrent sournoisement au creux des siens. Inébranlable ancrage qui s'agrémenta de tes esquisses médusées de leur désir d'affront. Retrouvailles qui se ne vanteraient point d'une doucereuse aura, une funeste brume les ayant effritées à jamais.  

@Dolores Moretti FT. Cendre || ♡♡♡








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

— etherealki —
avatar
Dolores Moretti
— etherealki —
infos
more

— Messages : 68
— pseudo : SLYTHERNS / EVE.
— avatar + © : TURNER, kawaiinekoj & MΛ☾ΛЯON

— âge : VINGT-TROIS ANS.
— statut civil : FIANCÉE.
— pouvoirs : SQUALLER.
— allégeance : RESISTANCE / MORETTI.
— métier : SKULL.
— tell me your story :
— points : 344
— 16.11.18 22:37 —

[ WE WERE ALWAYS MADE TO LEAVE BLOOD STAINS ON EVERYTHING WE TOUCH.  ]
amusant comme la bouche ose se soulever en un sourire amer ; lippes qui s'étirent comme au bon vieux temps, poison oublié le temps d'un instant pour se présenter sous son jour le plus âpre. c'est beau le jeu des masques    --    l'acteur qui se fait mauvais pour témoigner de l'ennui terrible qui le prend à la gorge, la façon qu'elle a d'en faire un art peu subtile, le dessin grossier de son amitié passée qui se fait en gras traits sur sa mine froncée. oh, certes, elle a l'air poli des gens biens, mais deviner la fausseté que cela cache ne requiert pas un grain d'intelligence. après tout, dolly n'est enfant d'ombre que dans les moments où maman l'ordonne  --   elle était chez les meilleurs, quand son destin appartenait aux scythes. mais le reste du temps, elle est monstre, elle est stratège, elle est un concentré abominable d'une loyauté sans faille qui se traduit par une honnêteté étouffante qui finira tôt ou tard par avoir raison d'elle. à défaut d'offrir une poussière du passé à cendre, il faut cependant mentionner qu'elle ne lui fait pas la crasse de lui mentir. n'est-ce pas là déjà preuve d'un attachement un tant soit peu remarquable ? qui fut, sans doute, mais qui a eu le mérite d'exister lors d'un temps qu'elle ne cesse d'effacer.

il pose une question, joli minois provoquant qui se cache derrière de jolis mots, mais aucun ne dit ce qu'il souhaite lui cracher au visage. elle se souvient, pourtant, du talent qu'il avait pour toucher la cible les yeux fermés :   il faut croire que l'art de la précision se fait aussi à demi-mots. lueur de défiance dans les yeux impurs d'un camarade pour qui elle aurait autrefois tout fait ; lueur d'amusement morbide dans les siens, une réponse tacite à la provocation. il mime l'ignorance   ;   ignore les mois qui séparent leurs deux vies, les années qui les ont arrachés les uns aux autres. il sait, pourtant. elle sait qu'il sait. comment pourrait-il oublier ? il est parti si peu de temps avant la mort d'harlow. et quand elle est rentrée, seule, terriblement seule, terrifiée, terrifiée de ne plus jamais trouver de compagnie, il n'était déjà plus là. combien de journées a-t-elle passées à lancer ces foutus poignards dans cette foutue poupée, pour percer le coeur de paille, priant pour qu'il saigne autant que le sien ? bien sûr qu'il sait, parce que, après tout, elle ne peut pas oublier.

" la fausse politesse n'a jamais été mon fort. " mots d'une froideur incontestée    --    l'enfant autrefois enflammée, pleine de vie, qui s'est faite poupée de glace et soldat tranchant dès le moment où sa moitié n'était plus là pour l'aider à conserver son humanité. toujours le même discours :   pas sans harlow. jamais sans harlow. peut-être serait-il important de lui dire, à cendre, que dolly est morte avec sa meilleure amie, qu'un bûcher a fait deux calcinés, qu'elle ne veut plus rien de ce passé teinté de sang, pas même sa propre identité. mais il y a des vérités qu'on préfère taire, de peur de les délivrer avec d'autres monstres qui n'ont eux pas lieu d'être. " je suis heureuse de te savoir toujours en vie, si cela aide. " outre ton impureté, qu'elle ne dit pas. outre ce sang empoisonné qui inonde tes vaines et te conduit inévitablement vers la trahison la plus affreuse qui soit. ce n'est qu'une question de temps, un tic-tac assourdissant qu'elle refuse de contempler d'aussi près.

" mais je ne me réjouis pas de te revoir, non. je te préférais loin -- assez pour que j'en oublie ce que tu es. "

@cendre beauchamps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

— drüskelle —
avatar
Cendre Beauchamps
— drüskelle —
infos
more

— Messages : 401
— pseudo : MΛ☾ΛЯON (ou Macaron).
— avatar + © : Paris Brosnan + © dandelion

— âge : Ta carne est mutilée de ( 2 0 a n n é e s ) à déambuler parmi les terres écorchées des conflits, les étendards fiévreusement brandis, les vestiges d'une utopique paix accablés des sombres desseins.
— statut civil : Tes arabesques sont écrouées de ces répugnantes ( f i a n ç a i l l e s ), accablement insufflé de cette alliance étreignant les Beauchamps et les Jafaari. Indécentes manigances suintantes d'hypocrisie destinées à assouvir d'obscurs desseins tandis que ton palpitant écorché à vif de cette âpre réalité pulse à l'agonie à l'égard de la ( r é s i s t a n c e ). Une acrimonie insufflée de l'absolu des marieuses, estampillée d'une unique appellation, ( N e p h t y s ) qui jaillit amèrement d'entre tes lippes.
— pouvoirs : Les organes qui s'essoufflent, estropiés de tes désirs, opprimés de ces maux que tu leur infliges, ployant âprement sous l'ardeur de ce pouvoir qui flamboie au creux de ta pulpe. ( H e a r t r e n d e r ) qui châtie de son crépitant fiel.
— allégeance : La ( r é s i s t a n c e ) en pleine ébullition et ce rutilant carmin de ( G r i s h a ) ruisselant au coeur d'innombrables existences.
— métier : ( S h a d o w ) qui se pavane discrètement à travers les foules agglutinées du camp royal. Dangerosité enrobée de ce fallacieux charme d'où écument galanterie et bienséances qui affriolent les myocardes.
— tell me your story :
☽ Ashes ☾
☆☆☆ he'll set you on fire, burning you into ashes. fierce torture with this flaming pain that will make you desire death ☆☆☆



☽ Family ☾
☆☆☆ beauchamps will rise to the throne, devastating everything. drenched in power, we'll make them bow, sinking them to hell. no mercy for our enemies, blood will be spilled everywhere. beware of us ☆☆☆



☽ Monster ☾
☆☆☆ do you really think that your god can save you from a monster like me ? i'll hunt you down until you collapse and beg me to let you live, you, little dust on my path ☆☆☆


— disponibilité rp : 0/7 ( i n d i s p o n i b l e ).
— points : 1295

GET TO KNOW ME MORE
TIMELINE:
INVENTAIRE:
RELATIONS:
— 20.11.18 1:14 —



blood stains
You told me you needed a perfect guy. That'll make your parents proud. 'Cause you still ain't found him yet. 'Cause we're still missing a round. And now you watch me put in all this work. Just to say it won't work out. You never took me seriously. Now what the hell is that about ?
L'incandescence de ta défiance flamboyant ardemment au creux de tes iris se heurta à celle embrumée d'une indécente morbidité cavalant au coeur des prunelles de la belle. Ses dires ruisselèrent glacialement, blizzard qui expia à travers les airs, tentant de te balafrer de sa ferveur. La stupeur ne parvint cependant point à méduser tes arabesques, un effroyable rictus s'adonnant à trôner sur le coin de tes lippes, les effritant de son monstrueux carnassier. Poupée muée en valkyrie estampillant hasardeusement l'itinéraire d'un cauchemar entiché de la vilenie de l'obscurité. Les esquisses égayant autrefois le faciès de Dolly ne le conquerraient sans doute plus, la perte de sa bien-aimée ayant effrité son essence d'antan. Une nouvelle Moretti, ferventement efflorescente, s'exhibait drastiquement à tes iris, sa délicatesse et sa tendresse du passé à ton égard calomniées de son esprit tandis que d'énièmes piques verbales affluèrent, faisant vibrer ses cordes vocales désormais parées d'un émoulu vipérin.

Et je suppose que tu aurais été bien plus heureuse encore si j'avais été un grisha pur. Au moins une chose sur laquelle on s'accorde entièrement tous les deux.

La véracité de ses pensées déflagra finalement d'entre ses lèvres, vocalises d'utopiques désirs que tu dénigras outrageusement. Ils étaient auréolés de cette audace à en fomenter une narquoise brisure rieuse qui fut fugacement asphyxiée de tes soins. Mépris essoufflé pourtant point éclipsé de ses prunelles corrodées de répugnance envers ce carmin souillé pulsant fiévreusement aux creux de tes artères. Elle aveuglait de son immonde crédulité, paraissant persuadée que l'absence de promenades érigées de ses iris le long de ta carne éveillerait l'oubli qui ravagerait sa pellicule mémorielle. Mais les souvenirs de ces innombrables instants délectés à ses côtés ainsi que ceux de sa dulcinée regrettée étaient d'éternelles estampilles gravant ardemment cette mémoire. Jamais elle ne pourrait la biaiser de ses envies d'escapades de la cruauté de la réalité.  

Que tu es crédule. Crois-tu vraiment qu'une simple distance entre nous deux t'accorderait le salut que tu recherches tant ? Pas même ma mort serait capable de te faire oublier ce que je suis ni même à quel point tu tiens toujours à moi. C'est un fait qui ne changera pas.

Et tu érodas les mètres écartelant vos deux silhouettes, l'horrifique claquement de tes bottes ricochant à travers les airs, symbolisme de l'oppression de ton existence sur celle de la belle. Menaçant rapprochement qui ne connut une finalité que lorsque que les étendues dorsales de Dolores, ses esquisses frontales étant entravées des tiennes suintantes d'assujettissement, se fracassèrent contre la paroi murale jalonnant la désertique ruelle, le creux de ta paume droite la flagellant peu après de son vivace agglutinement. Tes prunelles harponnèrent férocement les siennes, s'y insinuant avec péremption tandis qu'une prédatrice brume voila tes traits faciaux.

 Et si tu arrêtais de croire qu'oublier nos précieux moments d'antan et ma nature mêlée te serait utile. Elle était très précieuse pour moi aussi. Cessons de tergiverser et concentrons-nous plutôt sur ce qui est le plus important. Qui est l'immondice qui nous a arraché Harlow ? As-tu tenté de le traquer jusqu'au fin fond de Thormar ? Et quand bien même ne sembles-tu plus disposée à être capable de réaliser absolument tout pour moi, sache que c'est toujours mon cas et que ce ne sera pas cette nouvelle Dolly qui changera cette réalité. Je te garantis que je me ferai une joie de te traînasser cette saloperie jusqu'à tes pieds. Pour toi mais aussi pour elle.

@Dolores Moretti FT. Cendre || ♡♡♡








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
infos
more

— —

Revenir en haut Aller en bas
 
WE WERE ALWAYS MADE TO LEAVE BLOOD STAINS ON EVERYTHING WE TOUCH.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» figurine blood bowl sur internet (comme des troll de glace.)
» Terrain de blood bowl
» Blood Bowl : tactiques et techniques.
» Blood Ravens
» Blood Bowl edition legendaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AND NOW I RISE :: — THORMAR — :: NORTH POLE :: THE ICE COURT-
Sauter vers: